Connaissez-vous le programme "Drapo" ? Sans doute pas. Eh bien, abréviation de "détermination aléatoire du prix de l’offre" (cela ne s’invente pas), il s’agit d’un logiciel inventé par le groupe Bouygues destiné à faciliter le trucage des marchés de travaux publics. Mis à l’examen par le conseil de la concurrence français en 1995, année au cours de laquelle le Canard Enchaîné en avait révélé l’existence, ce joli petit système d’entente entre soumissionnaires vient d’aboutir, en 2006, à la distribution à quelque 34 entreprises de 48,5 millions d’euros d’amendes (dont 8,5 millions pour Bouygues) pour s’être "partagé" près d’un milliard d’euros de contrats publics entre 1991 et 1997. Un partage assisté par ordinateur, nota bene, puisque le logiciel "Drapo", petite merveille d’informatique, permettait de créer des centaines de pages d’offres de prix bidons destinées à noyer le poisson. Comme le souligne in fine le Canard Enchaîné : "L’amende infligée aux bétonneurs représente 5 % de la valeur des marchés truqués – le maximum autorisé par la législation. N’empêche : à ce prix, c’est tout bénef, même quand on se fait prendre."

Source : Le Canard enchaîné 12/04/2006