Facebook fête ses quinze ans d’existence en 2019 alors que la réputation de l’entreprise a récemment fait l’objet de sérieuses égratignures à propos de l’utilisation douteuse des données de ses milliards d’utilisateurs. Ces données sont à l’origine tant du succès économique de Facebook que de ses déboires et constituent l’élément central et décisif de l’histoire du réseau social. Ce dernier a en effet su profiter de ce nouveau marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
florissant pour se placer dans une situation monopolistique. Mais ces données et leur commerce ont des effets importants tant sur la vie privée des usagers d’Internet que sur l’évolution des notions de création de valeur et de travail.

Comment qualifier Facebook dans ce contexte : génie de l’innovation, start-up modèle ou « gangster numérique » comme l’a récemment nommé un rapport parlementaire britannique [2] ? Le géant du numérique est un peu tout à la fois. Après quinze années d’existence et une croissance Croissance Augmentation du produit intérieur brut (PIB) et de la production.
(en anglais : growth)
exponentielle, il convient de revenir sur l’ascension vertigineuse du groupe dirigé par Mark Zuckerberg afin d’y déceler ses paradoxes, entre innovation technologique et quête infinie de pouvoir et de domination.

Pour lire l’historique complet de la firme Facebook, consultez la fiche de l’entreprise : http://www.mirador-multinationales.be/secteurs/informatique/article/facebook

*Slogan fétiche que Mark Zuckerberg aime faire crier à son auditoire à la fin d’un speech (Mark Zuckerberg – La biographie, Daniel Ichbiah (2018)