Le linge sale à la lingerie Lejaby : ses ouvrières


Mercredi 29 septembre 2010, Erik Rydberg, 2096 signes.
Cet article a été visité 369 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

C’est le genre d’histoire qui se répète presque tous les jours. Les noms des entreprises changent, la pratique est la même. Lejaby est un fabricant de lingerie français réputé qui existe depuis 1930 mais, sans doute, plus pour longtemps. Depuis le début du mois de septembre 2010, avec le soutien de la population locale, les ouvrières de l’usine de Rillieux-la-Pape (Rhône) multiplient piquets et action de propagande pour protester contre un plan de délocalisation Délocalisation Transfert de production vers un autre pays. Certains distinguent la délocalisation au sens strict qui consiste à déplacer des usines ailleurs pour approvisionner l’ancien marché de consommation situé dans la contrée d’origine et la délocalisation au sens large qui généralise ce déplacement à tout transfert de production.
(en anglais : offshoring).
qui prévoit de supprimer trois sites de production et 197 emplois (sur 653), l’objectif de la direction étant de ramener la production en France de 30 à 7%. Parce que l’entreprise est déficitaire ? Pas du tout. Elle vient de dégager un résultat net de 1,1 million d’euros. Mais cela coûte moins cher de produire en Chine, en Indonésie, en Thaïlande, en Tunisie ou… en Pologne. Donc, combat perdu d’avance, il ne table que sur des primes de départ plus ou moins correctes. Si ce genre d’histoire se produit quasi quotidiennement, c’est, au final, parce que le système économique repose sur la propriété privée. Lejaby n’était plus "français" déjà depuis 1996, lorsque son propriétaire privé l’a vendu à l’Américain Warnaco (d’où un premier plan "social", 2003, liquidant 250 ouvrières), lequel propriétaire privé a tout revendu en 2008 à l’Autrichien Palmers, numéro un européen de la lingerie, lui-même… propriété privée de deux fonds Fonds (de placement, d’investissement, d’épargne…) : société financière qui récolte l’épargne de ménages pour l’investir ou le placer dans des produits financiers plus ou moins précis, parfois définis à l’avance. Il existe des fonds de pension, des fonds de placement, des fonds de fonds qui sont proposés à tout un chacun. En revanche, les hedge funds (fonds spéculatifs) et les private equity funds sont réservés à une riche clientèle.
(en anglais : fund)
spéculatifs, Quadriga Capital et Lead Equities. L’expert comptable du Comité central de l’entreprise a beau souligner que "le groupe Palmers présente des comptes solides et que Lejaby apparaît comme la locomotive de la profitabilité", ce n’est pas cette rationalité économique là qui prévaut.

Source:Le Canard Enchaîné du 29 septembre 2010 et L’Humanité du 28 septembre 2010.

En ligne : http://humanite.fr/27_09_2010-la-solidarit%C3%A9-s%E2%80%99organise-avec-les-lejaby-454348