ThyssenKrupp & Cie : escalators belges truqués


Vendredi 4 mai 2012, Erik Rydberg, 1128 signes.
Cet article a été visité 241 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

En 2007, la Commission européenne infligeait une amende record de 992 millions d’euros à ThyssenKrupp, Otis, Schindler et Kone, les quatre ascensoristes qui dominent le marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
. Dominent ou, mieux, l’écrasent puisque, révélait l’enquête, le quatuor s’était mis d’accord pour truquer les appels d’offre (faire payer plus grâce à une absence factice d’offres concurrentes) afin de se les répartir à tour de rôle. Ce petit jeu maffieux, au détriment des clients, privés et publics, a fonctionné sans problème pendant neuf ans, de 1995 à 2004. L’affaire n’est pas close pour autant. Sur la base de la condamnation européenne, la SNCB et Infrabel ont introduit une action en justice devant le tribunal de commerce de Bruxelles portant sur les neuf marchés adjugés au cartel Cartel Association de plusieurs entreprises d’un secteur en vue de réglementer la production de celui-ci : maintenir un même prix de vente sur le marché, se répartir des quotas de production, etc.
(en anglais : cartel, mais souvent coalition, syndicate ou trust)
des ascensoristes durant la même période infractionnelle pour l’installation d’escalators dans six gares belges (Bruxelles-Midi, Gand Saint-Pierre, Namur, Quartier Léopold, Anvers-Berchem et Anvers-Central). L’amende pourrait cette fois s’élever à quelque 2,5 millions d’euros.

Source : L’Écho du 3 avril 2012.