Yoplait fait dans la contrefaçon indigeste


Lundi 28 janvier 2013, Erik Rydberg, 1892 signes.
Cet article a été visité 799 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Yoplait n’a plus rien à voir avec la coopérative d’éleveurs laitiers français porté sur les fonts baptismaux dans les années soixante. Entre-temps, il est devenu le n°2 mondial de son secteur avec un chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
de 4,5 milliards d’euros et 1,7 million de tonnes de yaourt et desserts lactés vendus annuellement dans le monde entier. Big business. Le Monopoly de Wall Street est passé par là. Yoplait est aujourd’hui contrôlé par l’états-unien General Mills, sixième groupe agroalimentaire mondial, qui compte parmi ses trophées Häagen-Dazs, Géant Vert et Caddie. On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. Mieux, dans la cuisine de l’industrie alimentaire, on peut carrément s’en passer. C’est ce que l’excellente chronique de la malbouffe du Canard enchaîné raconte, exemple de l’île flottante à l’appui, un dessert qui n’est pas à la portée du premier cordon bleu bien qu’il ne comprenne que quatre ingrédients, sucre, vanille, lait et blancs d’œufs battus en neige. Dans la version commercialisée par Yoplait, rebaptisée "île gourmande" (sic), il y a eu remixage. Au lieu des quatre ingrédients classiques, il y en a dix-sept, et plus d’œufs du tout, ils ont été troqués contre les protéines de lait, dont le principal intérêt est d’être moins chères. Là-dessus, une avalanche d’additifs bénis par les experts de la Commission européenne – dont l’épaississant E415, qui a le double avantage miraculeux de conférer à la mixture le même pouvoir visqueux que le blanc d’œuf mais aussi celui de retenir l’eau. Ah, oui ! comme note le Canard enchaîné, cette propriété est d’évidence primordiale "parce que, dans son île gourmande, Yoplait met plein de flotte, ce qui apporte du poids et du volume, pour des clopinettes." Et c’est vendu au rayon alimentation...

Source : Canard enchaîné du 23 janvier 2013.