Fabliau estival : La canette de bière est bancaire


Newsflash n° 121

Vendredi 26 juillet 2013, Raf Custers, 3915 signes.
Cet article a été visité 388 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le brasseur américain MillerCoors est arnaqué par ses compatriotes banquiers. Cela n’étonne guère. Mais MillerCoors accuse les banques ouvertement, ce qui est déjà plus étonnant. Ce brasseur a huit brasseries. Chaque année, il produit 60 millions de fûts de bière. Il vend sa bière en canettes. Selon la société, elle consomme l’équivalent de 4.000 Jumbo jets 747 en aluminium pour les canettes par an et, là, cela coince.
MillerCoors achète l’aluminium à la Bourse Bourse Lieu institutionnel (originellement un café) où se réalisent des échanges de biens, de titres ou d’actifs standardisés. La Bourse de commerce traite les marchandises. La Bourse des valeurs s’occupe des titres d’entreprises (actions, obligations...).
(en anglais : Commodity Market pour la Bourse commerciale, Stock Exchange pour la Bourse des valeurs)
des métaux de Londres, le London Metal Exchange (LME). Mais, dit Timothy Weiner (Global Risk Manager de MillerCoors), "des holdings bancaires américains ont le contrôle effectif du LME où ils créent des goulots" et ne laissent partir le métal qu’au compte-gouttes vers les clients. "Nous devons parfois patienter pendant 18 mois," ajoute Weiner,"’avant que notre aluminium ne soit livré."
La pratique est connue depuis plusieurs années. Mais, là, la colère des clients, comme MIllerCoors, Coca-Cola et Reynolds (papier aluminium), devient si pressante que les autorités américaines doivent s’y intéresser. Le 23 juillet une audition a eu lieu au Sénat à Washington à laquelle des experts comme Timothy Weiner ont été invités pour examiner les cartels des financiers dans le stockage et les transports de matières premières.
Dans son témoignage, Weiner donne les noms des cartels. Le plus important est Goldman Sachs, propriétaire de 29 des 37 entrepôts du LME dans la ville de Detroit. Ce site d’entreposage représente un quart de tout l’aluminium stocké mondialement par la Bourse Bourse Lieu institutionnel (originellement un café) où se réalisent des échanges de biens, de titres ou d’actifs standardisés. La Bourse de commerce traite les marchandises. La Bourse des valeurs s’occupe des titres d’entreprises (actions, obligations...).
(en anglais : Commodity Market pour la Bourse commerciale, Stock Exchange pour la Bourse des valeurs)
des métaux de Londres et plus de 70% de l’aluminium disponible en Amérique du Nord. Les autres entrepôts du LME sont contrôlés par Henry Bath (filiale des financiers de JPMorgan) et par Glencore de la Suisse, le plus grand marchand de métaux au monde.
Ces cartels s’enrichissent en dormant. Le New York times a décrit comment les travailleurs dans ces entrepôts ne font rien d’autre que de déplacer des tas de métaux d’un hangar à un autre pour créer des bouchons et ralentir l’approvisionnement des acheteurs. Ceux-ci paient pour la location des entrepôts. Selon Tim Weiner (MillerCoors), cela représente une prime de 3 milliards de dollars sur les profits pour les exploitants des entrepôts, rien que pour la monopolisation de l’aluminium en 2012.
Avant le "hearing" du Sénat américain, le cas de JP Morgan a été cité. Les autorités américaines avaient autorisé cette banque en 2005 de déployer des activités dans le secteur des matières premières, tout en interdisant JPMorgan de posséder des entrepôts. Cinq ans après JPMorgan achète tout simplement Henry Bath, une des plus grandes entreprises exploitant des entrepôts au monde. Personne n’a crié "au voleur". Puis JP Morgan a été accusé de manipuler les prix d’électricité. La banque ne sera pas condamnée. Elle est proche d’un arrangement avec les autorités américaines qui lui coûterait la coquette somme de 500 millions de dollars.
Goldman Sachs et consorts réduisent actuellement leurs positions dans le marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
des matières premières. Mais vont-ils carrément retourner aux finances et abandonner toute activité non-bancaire ? La tendance est tout autre. Ces géants financiers ont acquis toujours plus de filiales non-bancaires. Aux Etats-Unis, les quatre plus grandes banques possédaient 3.000 filiales en 1990 mais plus de 11.000 déjà en 2011. En même temps le nombre de holdings banquiers diminue, à cause des fusions et des acquisitions.

http://www.banking.senate.gov/public/index.cfm?FuseAction=Hearings.Hearing&Hearing_ID=cca72cb5-a8fd-427a-978a-a51140a75cb0
http://www.bloomberg.com/news/2013-07-20/fed-reviews-rule-on-big-banks-commodity-trades-after-complaints.html
http://www.nytimes.com/2013/07/21/business/a-shuffle-of-aluminum-but-to-banks-pure-gold.html?pagewanted=all&_r=1&#h[]