Lettre d’info du Gresea n°72


Avril 2014

Mercredi 7 mai 2014, Lucille Vanhasselt, 5299 signes.
Cet article a été visité 300 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable


 

 

Un autre monde, c’est penser autrement

 

 Gresea Echos 77

La crise européenne a remis au premier plan un acteur, le FMI, relativement en retrait pendant les années 2000. Les plans d’austérité imposés aux pays de la périphérie européenne avec le concours de la Commission européenne et de la BCE - la fameuse troïka – vont de pair avec la remise en cause d’acquis sociaux obtenus depuis des décennies. Ce constat invite à se replonger dans les origines et le fonctionnement du FMI et dans ses interventions plus anciennes notamment au Sud. Nous essaierons d’en relever des similitudes et des différences avec les plans de sauvetage actuels. Mais cette question des interventions du FMI en appelle en réalité deux autres.

En premier lieu, celle de la résolution des crises et des politiques mises en œuvre pour y parvenir (austérité, ajustements, etc.). La deuxième question est celle de l’origine des crises.

Ce sont donc ces deux questions qui s’entrecroiseront tout au long de ce numéro et en constitueront le fil rouge. Mais en amuse-bouche, voici un petit cadrage historique bien nécessaire

 

Pour commander le Gresea Echos n°77 : FMI, cliquez ici

 

 Colloque Gresea-Graid le 27 mai : Les alliances transnationales de travailleurs

Le 27 mai de 9 à 16h, le Gresea et le Graid organisent un colloque sur le thème : « les alliances transnationales de travailleurs : des revendications communes à la construction d’une négociation collective transnationale » avec comme intervenants : Ali Ourak, Frédéric Madelin, Adrien Roux et Carole Crabbé.

Inscription ; ici

 

 La grande braderie transatlantique

On pouvait penser que la crise économique, la plus grave depuis celle des années 30, avait calmé les ardeurs capitalistes à exiger plus de marché, plus de concurrence, plus de libéralisation. On pouvait estimer que des échecs répétés en la matière les avaient amenés à renoncer à ces projets. Il n’en est rien. Que du contraire !

 

 Ingénierie financière : Caterpillar

La production belge de Caterpillar ? Elle est à Genève… Tel est le montage, un parmi d’autres, qui permet à la transnationale d’éluder les impôts et, en cas de restructuration, de contrer l’action syndicale. Aux États-Unis, ces pratiques viennent de s’attirer les foudres du Sénat US.

 

 Microsoft et l’obsolescence programmée

Comment gagner de l’argent dans des marchés hyper-saturés et face à des consommateurs dont les revenus ont tendance à se contracter ? Les rendre dépendants d’un produit et, ensuite, placer un mécanisme qui, au bout d’un certain temps, déclenche automatiquement une panne. Cela oblige les ménages à racheter le même bien, éventuellement dans une version améliorée plus coûteuse. Cela s’appelle l’obsolescence programmée. Cas d’école : Microsoft

 

 UE et la transparence

Le Parlement européen a voté ce mardi 15 avril une directive obligeant les grandes entreprises à plus de transparence. Pour la Coalition belge pour le travail décent et pour le réseau European coalition for corporate justice (ECCJ), dont le Gresea est membre, c’est sans conteste un (petit) pas en avant. L’opacité dont les sociétés transnationales s’entourent dans toutes leurs activités constitue en effet un frein considérable à la solidarité entre les travailleurs qui, au Nord et au Sud, bossent pour le même patron (les mêmes actionnaires) sans le savoir. C’est fait pour. Mais, là, donc, on lève un (petit) coin du voile.

 L’esprit d’entreprise

Le Gresea tient une rubrique nommée « l’esprit d’entreprise » dans la revue du CNCD Demain le monde.

Voici l’article publié dans le n°23 de janvier-février : De BRIC et de broc ?

Et celui publié dans le n°24 de mars-avril : Le protectionnisme "social" à la sauce Mittal.

 

 En débat sur Newsflash

2013 a été une année où les montants d’aide gouvernementale aux pays en détresse ont battu tous les records signale The Economist (12 avril 2014) : quelque 134,8 milliards de dollars ont ainsi été transférés des pays riches aux pays pauvres sous l’étiquette "aide publique au développement".

 

Réalisation : Lucille Vanhasselt