Lettre Entreprise n°46


Avril-mai 2014

Jeudi 15 mai 2014, Lise Blanmailland, 12643 signes.
Cet article a été visité 291 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable


 

 

  Évolutions politiques

 

UE/reporting. Le Parlement européen a voté le 15 avril une directive obligeant les grandes entreprises à plus de transparence. Pour la Coalition belge pour le travail décent et pour le réseau European coalition for corporate justice (ECCJ), dont le Gresea est membre, c’est sans conteste un (petit) pas en avant. L’opacité dont les sociétés transnationales s’entourent dans toutes leurs activités constitue en effet un frein considérable à la solidarité entre les travailleurs qui, au Nord et au Sud, travaillent pour le même patron (les mêmes actionnaires) sans le savoir.
http://www.gresea.be/spip.php?article1261

UE/exploitation illégale de forêts. Selon l’organisation écologiste Client Earth, 8 États membres n’ont encore rien entrepris pour transposer le règlement européen contre l’exploitation illégale du bois. Dix autres pays, dont la Belgique, ont seulement rédigé des projets de loi et une majorité claire de pays n’a prévu aucune sanction dans le cas où du bois issu d’exploitations illégales entrerait sur le marché européen.
http://www.euractiv.fr/development-policy/appel-sanction-contre-les-pays-e-news-534076

UE/Minerais de conflits. La proposition législative de la Commission européenne relative à l’approvisionnement responsable en minerais provenant de zones de conflit n’est, selon une série d’ONG, pas suffisamment stricte pour garantir que les entreprises européennes, qui achètent ces minerais, ne participent pas au financement de conflits ou de violations des droits humains.
http://www.globalwitness.org/fr/library/la-proposition-l%C3%A9gislative-europ%C3%A9enne-ne-permettra-pas-de-bannir-d%E2%80%99europe-les-ressources

Etats Unis/transparence. Un tribunal américain a annulé une partie des nouvelles obligations de transparence récemment introduites aux États-Unis pour entraver le commerce des « minéraux de conflit ». Ces règles porteraient atteinte selon le tribunal à la « liberté d’expression » des entreprises concernées.
http://multinationales.org/Etats-Unis-les-obligations-de

 

 Du côté des entreprises

 

Procter et Gamble. Greenpeace accuse le groupe américain de produits de grande consommation Procter & Gamble de se fournir en huile de palme pour leurs produits phares comme les shampooings Head & Shoulders et Pantene et le gel de rasage Gillette auprès d’exploitants agricoles responsables de la déforestation en Indonésie.
http://www.lapresse.ca/environnement/consommation/201402/26/01-4742665-greenpeace-accuse-procter-gamble-de-favoriser-la-deforestation.php

Or/RDC. Trois entreprises transnationales sont accusées d’avoir raffiné de l’or pillé en Ituri (Province Orientale). Deux firmes britanniques (Hussar Services Limited et Hussar Limited) et l’entreprise suisse Argor-Heraeus SA qui auraient raffiné près de trois tonnes d’or pillées par le groupe armé Front nationaliste intégriste (FNI) entre 2004 et 2005 d’une valeur marchande de 40 millions de dollars américains.
http://radiookapi.net/economie/2014/02/13/trois-ong-reclament-des-enquetes-contre-des-societes-britanniques-accusees-davoir-raffine-lor-pille-en-ituri/

Petrobras. L’entreprise pétrolière publique Petrobras est au cœur d’un nouveau scandale politico-financier au Brésil. En cause, le rachat d’une raffinerie texane, pour un prix astronomique, à une entreprise belge contrôlée par l’homme d’affaires Albert Frère. Certains journalistes n’hésitent pas à voir dans cette transaction une nouvelle illustration des relations étroites entre le gouvernement brésilien et GDF Suez, dont Albert Frère est administrateur et l’un des principaux actionnaires. Le groupe a ainsi financé la campagne électorale de la présidente Dilma Rousseff à hauteur d’un million de réals.
http://multinationales.org/Au-Bresil-le-scandale-Petrobras

Lafarge. Quatorze employés algériens du leader français du secteur des matériaux de construction Lafarge sont en grève de la faim depuis plus d’un mois devant la cimenterie d’Oggaz, dans la région d’Oran. Ils protestent contre leur licenciement et les poursuites judiciaires engagées contre eux par l’entreprise française, suite à un mouvement social.
http://www.elwatan.com/regions/ouest/mascara/14-ouvriers-licencies-poursuivent-leur-greve-de-la-faim-28-04-2014-255054_140.php

 

 Le business de la RSE}

 

Unilever. Le patron de la multinationale de l’agroalimentaire Unilever, Paul Polman s’est vu octroyer en 2013 une prime complémentaire de 508.458 euros censée récompenser sa contribution à la « performance » du groupe en termes de « développement durable », le conseil d’administration estimant apparemment que les 1.189.000 euros de salaire de base, ses 700.000 euros d’avantages divers, ses 1.355.880 euros de bonus « normal » et ses 4 millions d’euros de rémunération en actions ne suffisaient pas à le remercier pour l’image verte et éthique qu’il a réussi à rendre de l’entreprise…
http://multinationales.org/Quand-le-patron-d-Unilever-s

 

 Publications

 

CEO/Accord transatlantique. L’accord de Partenariat transatlantique d’investissement et de commerce en cours de négociation entre l’Union européenne et les Etats-Unis d’Amérique (TTIP) donnera-t-il un pouvoir démesuré aux entreprises et aux investisseurs étrangers aux dépens des Etats et par conséquent, des citoyens ? C’est ce qu’avance un rapport publié le 10 mars 2014 par les ONG Transnational Institute (TNI) et Corporate Europe Observatory (CEO) et qui révèle notamment, références et chiffres à l’appui, comment des investisseurs spéculatifs réclament plus de 1,7 milliard d’euros de compensations financières à la Grèce, l’Espagne et Chypre devant des tribunaux d’arbitrage privés internationaux pour des mesures prises par ces pays en réponse aux crises économiques.
http://corporateeurope.org/eu-crisis/2014/03/profiting-crisis-how-corporations-and-lawyers-are-scavenging-profits-europe-crisis

achACT/secteur de l’habillement. A l’occasion de l’anniversaire de l’effondrement du Rana Plaza, achACT a sorti un nouvel outil : une brochure consacrée au Bangladesh qui fait le point sur la situation du secteur de l’habillement. Outre les conditions de travail dans lesquelles évoluent les travailleurs(es), le dossier évoque également les évolutions ou non en termes de salaire, de santé, de sécurité et d’indemnisation des victimes de catastrophes.
http://achact.be/news-info-164.htm

La Clean Clothes Campaign a également publié un rapport intitulé “Tailored Wages” (salaires adaptés), sur la question des salaires minimums vitaux dans les chaînes internationales d’approvisionnement de la confection. Le rapport porte sur une période de neuf mois et trace le profil de 50 grandes marques européennes.

http://www.industriall-union.org/fr/un-rapport-cinglant-de-ccc-nomme-et-fait-honte-aux-marques-pour-leur-inaction-sur-les-salaires

CETIM/la responsabilité de protéger. Le nouveau cahier du Centre Europe-Tiers Monde (CETIM) porte un regard critique sur la responsabilité de protéger et l’analyse au regard des rapports de force géopolitiques existants. Il présente les contours du concept de responsabilité de protéger, le contexte de son élaboration, les arguments avancés en sa faveur et les conditions de sa mise en œuvre. Il démontre les filiations avec les théories aujourd’hui largement démodées et discréditées de l’intervention d’humanité et de l’ingérence humanitaire. Ce cahier revient sur la création de l’ONU et rappelle l’importance des principes contenus dans sa Charte en tant que garants de l’égalité entre États et remparts contre l’arbitraire et la loi du plus fort. Il critique la responsabilité de protéger en tant que nouvelle tentative d’instrumentalisation du droit international qui menace les fondements de l’ordre international et met en danger la paix et la sécurité au niveau mondial.
http://www.cetim.ch/fr/publications_cahiers.php#proteger

 

 Agenda

 

14 mai 014. Le département de droit de l’Université Notre Dame et le centre Business & Human Rights Resource organisent un colloque à Londres intitulé “Does the World Need a Treaty on Business and Human Rights ? Weighing the Pros and Cons”.
https://law.nd.edu/events/2014/05/14/26997-does-the-world-need-a-treaty-on-business-and-human-rights-weighing-the-pros-and-cons/

15 mai 2014. Alors que les plus grandes entreprises invitent les décideurs belges au palais d’Egmont pour le European Business Summit, l’Alliance D19-20 donne rendez-vous le 15 mai, date d’anniversaire du mouvement des Indignés en Espagne, dès 8h pour « encerclons l’European Business Summit ».
http://www.d19-20.be/fr/

21 mai 2014. En réponse à un appel international, le Comité belge de Solidarité avec l’Equateur face à Chevron-Texaco organise le 21 mai prochain une manifestation dans le cadre de la journée internationale Anti Chevron Texaco à 12h30 place de l’Albertine.
https://www.facebook.com/events/1404872923125588/

27 mai 2014. Le Gresea, en partenariat avec le Graid, organise un colloque sur les alliances transnationales de travailleurs et la construction d’une négociation collective transnationale le 27 mai de 9h-16h à l’Université libre de Bruxelles.
http://www.gresea.be/spip.php?article1265

5 juin 2014. Le 5 juin aura lieu à l’Université Catholique de Louvain une journée organisée par le Belgian Land Research Network intitulée « Rush to soil and subsoil ».
https://www.uclouvain.be/461742.html

 

Réalisation : Lise Blanmailland