Avec le vent. Comment les Congolais vivent avec les mines et l’investissement étranger


Lundi 23 février 2015, Raf Custers, 2128 signes.
Cet article a été visité 684 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable


Cliquez ici pour visionner le film en français.


Cliquez ici pour visionner le film en néerlandais.

"Avec le Vent" est le titre d’un documentaire produit par le GRESEA, le Groupe de Recherche pour une Stratégie Économique Alternative.

Il a été tourné en avril 2013 en République Démocratique du Congo, essentiellement dans la province minière du Katanga.

Il met en relief les progrès de l’industrie minière au regard du quotidien des Congolais. L’un ne va visiblement pas de pair avec l’autre. Des grands avantages ont été accordés aux investisseurs. Mais les effets négatifs de l’industrie ne sont pas maîtrisés et la population en souffre. Tandis que le cuivre et le cobalt sont extraits des mines pour nourrir l’économie mondialisée, les Congolais toussent. Une révision du cadre légal (le Code minier) est en cours et permettrait de pallier les défauts et dérives de la situation actuelle. Il faudrait pour cela que la loi soit plus restrictive et… qu’on touche aux intérêts des investisseurs tant sollicités. Un autre dossier sensible.

Contexte

En 2015 les politiques œuvrant pour le développement vont, pour ainsi dire, "changer de carrosserie". Elles adopteront une nouvelle liste d’objectifs. Les Objectifs du Millénaire pour le Développement seront remplacés par les Objectifs de Développement Durable. Quels seront ces ODD ? C’est le sujet de discussion "à haut niveau".

Le documentaire Avec le Vent interroge les concepts clés de ce débat fondamental. Le film explore l’industrie minière du Congo, un environnement "riche" en conflits mais aussi en illusions que nous tentons de déconstruire. C’est que nous utilisons communément et sans trop réfléchir la notion de développement durable. Le Congo, et surtout son secteur minier en ébullition continue, nous montre que la notion a ses limites. Elle est trop étroite pour fonder un développement au profit de tous.

Pour le GRESEA, la réalisation de ce documentaire fait partie de ses actions de recherche et de sensibilisation autour de l’Autre Entreprise, un programme subventionné par la Direction Générale au Développement du gouvernement fédéral.