Total et sa liste à trous


Vendredi 12 juin 2015, Boris Fronteddu, 2021 signes.
Cet article a été visité 148 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

En mars 2015, Total dévoilait la liste de ses 903 filiales (le groupe n’en mentionnait que 180 dans ses précédents rapports). Selon l’entreprise pétrolière, il s’agit d’une réelle opération de « transparence » pour répondre aux rumeurs selon lesquelles le groupe pratiquerait l’évasion fiscale. Total s’est d’ailleurs engagé à fermer 9 de ses 19 filiales implantées dans les paradis fiscaux dévoilés par la liste [1]. L’entreprise aurait donc décidé de faire la lumière sur l’ensemble de ses montages fiscaux. Louable. Sauf que… C’est une liste à trous ! Le site d’information Bastamag souligne que le groupe détient une trentaine de filiales aux Pays-Bas et que celles-ci n’apparaissent pas dans la liste publiée. De véritables filiales « fantômes » qui semblent n’avoir aucun lien avec les activités de production du groupe. L’ONG CCFD-Terre solidaire rappelle que les paradis fiscaux intra-européens (le Luxembourg, la Suisse, la Belgique, les Pays-Bas…) sont moins connotés publiquement comme source d’évasion fiscale et donc moins à même de porter atteinte à l’image de marque du groupe.

En fait, aucune politique fiscale commune n’étant mise en œuvre en Union européenne Union Européenne Ou UE : Organisation politique régionale issue du traité de Maastricht (Pays-Bas) en février 1992 et entré en vigueur en novembre 1993. Elle repose sur trois piliers : les fondements socio-économiques instituant les Communautés européennes et existant depuis 1957 ; les nouveaux dispositifs relatifs à la politique étrangère et de sécurité commune ; la coopération dans les domaines de la justice et des affaires intérieures. L’Union compte actuellement 27 membres : Allemagne, Belgique, France, Italie, Luxembourg, Pays-Bas (1957), Danemark, Irlande, Royaume-Uni (1973), Grèce (1981), Espagne, Portugal (1986), Autriche, Finlande, Suède (1995), Chypre, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Malte, Pologne, Slovaquie, Slovénie, Tchéquie (2004), Bulgarie, Roumanie (2007).
(En anglais : European Union)
, celle-ci devient l’épicentre de politiques agressives de dumping entre les États. Pour le plus grand profit des multinationales. Total, pour sa part, aura joué un beau coup de communication : fermer des filiales implantées dans des îles exotiques pour les délocaliser… au centre de l’Union européenne Union Européenne Ou UE : Organisation politique régionale issue du traité de Maastricht (Pays-Bas) en février 1992 et entré en vigueur en novembre 1993. Elle repose sur trois piliers : les fondements socio-économiques instituant les Communautés européennes et existant depuis 1957 ; les nouveaux dispositifs relatifs à la politique étrangère et de sécurité commune ; la coopération dans les domaines de la justice et des affaires intérieures. L’Union compte actuellement 27 membres : Allemagne, Belgique, France, Italie, Luxembourg, Pays-Bas (1957), Danemark, Irlande, Royaume-Uni (1973), Grèce (1981), Espagne, Portugal (1986), Autriche, Finlande, Suède (1995), Chypre, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Malte, Pologne, Slovaquie, Slovénie, Tchéquie (2004), Bulgarie, Roumanie (2007).
(En anglais : European Union)
.

Sources :

Petitjean O., Mais à quoi servent les filiales fantômes que Total oublie de déclarer ?, Bastamag, 04/06/2015, http://bit.ly/1BapMXW

CCF-Terre soldaire, Publication des filiales de Total, 4/03/2015, http://bit.ly/1e7JppN





[1Selon Total, les dix filiales restantes ne peuvent pas être fermées pour « des raisons opérationnelles et juridiques »