Lactalis, c’est une OPA soviétique ?


Lundi 2 mai 2011, Erik Rydberg, 2262 signes.
Cet article a été visité 185 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le coup d’épée a fait la une des Echos. Le groupe laitier français Lactalis, 3e mondial après Nestlé et Danone et numéro 1 dans les fromages avec 889.000 tonnes par an, vise à devenir le "leader mondial du lait". C’est une interprétation raisonnable de l’offre publique d’achat Offre publique d’achat OPA : proposition publique faite par un investisseur d’acquérir une société ou une partie de celle-ci à un prix annoncé. Elle peut être amicale ou hostile, selon que le management de la firme ciblée est d’accord de se faire reprendre ou non.
(en anglais : tender offer).
(OPA OPA Offre publique d’achat : proposition publique faite par un investisseur d’acquérir une société ou une partie de celle-ci à un prix annoncé. Elle peut être amicale ou hostile, si le management de la firme ciblée est d’accord de se faire reprendre ou non.
(en anglais : tender offer).
) hostile sur le groupe italien Parmalat que Lactalis a fait connaître le mardi 26 avril 2011. Il en possède déjà 29% et pour ravir le reste, et convaincre les actionnaires de lui le céder, il offre 3,4 milliards d’euros cash (avancés par le Crédit Agricole, HSBC, Natixis et Société Générale), représentant une prime de 21% sur la valeur moyenne des actions convoitées. On appelle cela une politique de "croissance Croissance Augmentation du produit intérieur brut (PIB) et de la production.
(en anglais : growth)
externe" : Lactalis augmenterait ainsi son chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
de près de moitié (46%) sans construire une seule usine nouvelle, sans investir un sou dans de nouveaux outils de production, il ne fait qu’acheter ceux qui existent déjà chez Parmalat, en ajoutant le chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
de celui-là (4,3 milliards d’euros en 2010) au sien (9,4 milliards 2010). La richesse Richesse Mot confus qui peut désigner aussi bien le patrimoine (stock) que le Produit intérieur brut (PIB), la valeur ajoutée ou l’accumulation de marchandises produites (flux).
(en anglais : wealth)
"nouvelle" pour Lactalis sera de posséder désormais 200 usines – et, grâce à la surface opérationnelle de Parmalat, de nouveaux marchés : Canada, Australie, Afrique du Sud, Amérique latine et Russie. Une expansion par effet de concentration, pourrait-on dire. Mieux : l’opération représenterait une sorte de "collectivisation soviétique" du secteur, réunissant sous un même toit un nombre de plus en plus grand de travailleurs et de moyens de production – à ceci près que si le mouvement signe une collectivisation gigantesque de la production, la propriété, elle, reste individuelle et privée. On peut le regretter, on peut s’en réjouir, on peut encore y réfléchir. La libre concurrence tant chérie par les économistes néoclassiques y perd presque toutes ses plumes et les petits producteurs de même que la variété de produits plus ou moins artisanaux appréciée des consommateurs sont voués à disparaître des étals des grands magasins d’État que sont aujourd’hui, à peu de choses près, les supermarchés. Au rayon laitier, il n’y aura plus que Lactalis, Danone et Nestlé.

Source : Les Echos du 27 avril 2011.