Sanofi et Google : un partenariat stratégique dans le domaine du diabète


Mercredi 2 septembre 2015, Natalia Hirtz, 1387 signes.
Cet article a été visité 131 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Sanofi et la division sciences de la vie de Google ont noué une collaboration stratégique pour travailler sur les manières de collecter, analyser et comprendre les diverses sources d’information impactant le diabète.

Le Lantus, produit par Sanofi, est l’insuline la plus vendue au monde. Il s’agit du premier médicament vendu par le groupe et représente 20% de leur chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
(6,3 milliards € en 2014). Or, le brevet Brevet Titre de propriété intellectuelle qui confère à son propriétaire le droit d’interdire à un tiers d’exploiter le résultat économique de l’invention tirée de ce titre pour une durée limitée (souvent 20 ans).
(en anglais : patent)
de Lantus est tombé dans le domaine public cette année. Sanofi doit donc innover afin de garder sa prépondérance dans ce domaine fort rentable. En effet, actuellement 400 millions des personnes dans le monde souffrent du diabète et, selon les projections de la Fédération internationale du diabète, en 2035, cette maladie touchera 600 millions. De quoi disputer ce terrain.

Pour sa part, Google continue à investir dans le domaine de la santé. Le 21 août, le groupe a annoncé la prise d’autonomie du pôle science de la vie de son laboratoire Google X. Selon Sergey Brin, co-fondateur du groupe, le but de cette nouvelle entité est de « faire basculer les nouvelles technologies du stade de la simple R&D aux tests cliniques et, espérons-le, transformer la façon dont nous détectons, prévenons et gérons les maladies".

Source : Les Echos du 31 août 2015 et Le Journal du Net du 28 août 2015.