Lettre d’info du Gresea n°46


Mars 2011

Vendredi 8 avril 2011, Bruno Bauraind, 6184 signes.
Cet article a été visité 159 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

 

Lettre d’information du Gresea

 

 Gresea Echos n°65 : "Banques "made in Belgium""

A l’automne 2008, les banques belges ont été recapitalisées à hauteur de plus de 21 milliards d’euros par les pouvoirs publics. A l’époque, un message, affirmant que l’intervention de l’Etat constitue un investissement Investissement Transaction consistant à acquérir des actifs fixes, des avoirs financiers ou des biens immatériels (une marque, un logo, des brevets…).
(en anglais : investment)
, a percolé et aura réussi à marquer l’opinion publique belge. Le Gresea Echos n°65 démontre l’inanité factuelle de cet argument. Autre question à laquelle s’intéresse ce numéro : la possibilité d’une nouvelle crise bancaire. D’après les dires d’un banquier ayant pignon sur rue et, de ce fait, peu soupçonnable de radicalisme dans sa critique du système économique, il s’agirait d’"une éventualité qui pourrait prendre une tournure embêtante pour Dexia et KBC". Avant d’apprécier, le contribuable belge lira avec attention…
Pour commander le n°65 du Gresea Echos "Banques Made in Belgium", cliquez ici.

 

 Minerais propres au Congo : et les creuseurs ?

Paru dans les colonnes de La Libre Belgique le 15 octobre 2010, cette analyse pose la question du sort des creuseurs artisanaux dans les mines congolaises au regard de la tentative américaine de réglementer les pratiques boursières. Le lien entre les mines du Kivu et les sorciers de Wall Street se nomme Dodd-Franck. Les dernières sections de cette loi, le Dodd-Franck Wall Street Reform Act, concernent en effet les acteurs du secteur de l’extraction minière : les entreprises, la République Démocratique du Congo et les minerais de conflit – qui, sous couvert de "transparence" et de lutte contre la "corruption", sont priés de s’aligner sur les intérêts Intérêts Revenus d’une obligation ou d’un crédit. Ils peuvent être fixes ou variables, mais toujours déterminés à l’avance.
(en anglais : interest)
stratégiques des Etats-Unis. Avec, sans surprise, un grand oublié, le creuseur et sa condition misérable de travailleur... Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

 Les formations extérieures du Gresea : "les multinationales de A à Z"

Qu’est-ce qu’une entreprise multinationale Multinationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : multinational)
 ? Quelles sont ses frontières ? Comment est-elle organisée en interne ? Comment se finance-t-elle ? Comment rémunère-t-elle ses différents facteurs de production ? Quels sont les facteurs qui déterminent ses stratégies d’investissement Investissement Transaction consistant à acquérir des actifs fixes, des avoirs financiers ou des biens immatériels (une marque, un logo, des brevets…).
(en anglais : investment)
et d’implantation à travers le monde ?

Autant de questions qui échappent très souvent au débat public, car une majorité de citoyens se trouvent démunis devant ces enjeux. Percer l’écran de fumée et sortir de l’analyse locale est l’objectif premier des modules de formation que propose le Gresea autour du thème générique : "les chaînes d’approvisionnement mondialisées : de l’usine jusqu’au consommateur".

Pour de plus amples informations sur les modules de formation du Gresea et les modalités pratiques de leur mise en œuvre, cliquez ici.

 

 L’Observatoire des Entreprises : Ikea, Yoplait & Co.

Ikea est une image intemporelle du big business accommodant avec succès les recettes passées et présentes du monde des affaires mondialisé. Le passé car, derrière le mastodonte suédois, il y a une construction entrepreneuriale patiente mise à l’abri du diktat des marchés financiers et des résultats trimestriels couperets. Une success story industrielle que les lois de l’économie casino rendent aujourd’hui plutôt rare. En termes de stratégie fiscale par contre, le groupe d’Ingvard Kamprad est bien ancré dans le présent et ne déroge pas à la règle, celle de "l’optimisation fiscale". Ainsi, une bonne partie du chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
du groupe est localisée dans les caisses d’une fondation au…Liechtenstein.

Question développement industriel, Yoplait a vu le sien mis sous cocon par le fonds de private equity PAI Partners . En effet, depuis que l’investisseur français fait des yaourts, l’outil de production, lui, bat le beurre…

Ont également été traitées en ce mois de mars : La Poste, Toyota, Wal-Mart, la grève de 1948 et Nutrasweet & Ajinomoto.

 

 Loin le jour où une journée de la femme n’aura plus de sens…

Quelques éclats de voix lors de la journée qui lui est consacrée et puis s’en va… Pourtant, la problématique des discriminations faites aux femmes est aujourd’hui abondamment étudiée. Des politiques sont mises en place afin de résorber les inégalités qui existent entre les sexes aux différents échelons de l’activité humaine. Mais, les chiffres sont là, sans concession. En 2011, un sexe n’est toujours pas l’autre. Pour en savoir plus, voyez notre newsflash n°79.

 

 Eurotransparence made in USA

Une loi américaine met combien de temps pour être transposée en Europe ? Voilà un beau sujet pour un jeu de société sur l’actualité économico-politique. La commission européenne a lancé voici peu une vaste consultation en ligne en vue d’examiner les moyens d’améliorer les obligations de publicité des entreprises en matière d’informations non financières : les aspects environnementaux et sociaux de leurs activités, pour parler clairement. Derrière cette consultation très peu "populaire", un enjeu politique et commercial majeur : "égaliser le jeu entre deux marchés majeurs". Pour en savoir plus, voyez notre newsflash n°80.