Une alliance syndicale transatlantique ?


Jeudi 19 novembre 2015, Henri Houben, 1283 signes.
Cet article a été visité 163 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

IG Metall et l’UAW, respectivement syndicats du métal allemand et de l’automobile américaine, ont décidé de s’associer pour obtenir de meilleures conditions de travail et des salaires plus élevés. Cet accord aurait surtout de l’importance pour les États-Unis, où l’on estime à 100.000 le nombre de travailleurs dans la construction automobile directement et indirectement. Les trois géants allemands, Volkswagen, BMW et Daimler, disposent chacun d’une usine d’assemblage outre-Atlantique, mais la représentation syndicale y est inexistante.

Or, à Chattanooga, le site américain de VW situé au Tennessee, doit se tenir les 3 et 4 décembre prochains un vote pour savoir si les salariés de l’entreprise veulent être représentés par des délégués. Un tel référendum sur le même thème avait donné un résultat négatif en février 2014. Les deux organisations des travailleurs espèrent que leur collaboration permettra de renverser cette tendance.

De façon symbolique, une salle de l’UAW, situé à Spring Hill, près de Nashville (également au Tennessee), sera transformée en Transatlantic Labor Institute (institut transatlantique du travail) pour célébrer cette entente.

Sources : Reuters, 19 novembre 2015.