Pfizer bientôt irlandais pour échapper à l’impôt


Lundi 23 novembre 2015, Henri Houben, 1344 signes.
Cet article a été visité 114 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pfizer et Allergan ont officiellement annoncé leur mariage dans un projet de mégafusion qui porterait le chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
du nouveau groupe à de 60 milliards de dollars (au taux actuel de l’euro, soit 1,0722 dollar, cela représente environ 55 milliards d’euros). D’emblée, la firme engendrée par cette fusion Fusion Opération consistant à mettre ensemble deux firmes de sorte qu’elles n’en forment plus qu’une.
(en anglais : merger)
se placerait en tête des compagnies pharmaceutiques. Pfizer récupérerait ainsi le leadership qu’elle avait abandonné en 2011.

Allergan est une entreprise de droit irlandais, spécialisée dans les marchés de la santé en forte croissance Croissance Augmentation du produit intérieur brut (PIB) et de la production.
(en anglais : growth)
et dans les produits génériques (troisième producteur mondial). Donc, pour profiter d’un allégement de l’impôt sur les sociétés, officiellement ce sera celle-ci qui reprendra Pfizer et établira son siège à Dublin. En effet, la taxe y est trois fois moins importante qu’aux États-Unis.

Tout comme Pfizer, Allergan est une société qui a connu un développement phénoménal grâce aux rachats et aux fusions successifs. La dernière en date a rassemblé Actavis et Allergan en novembre 2014. Pour recevoir l’accord des autorités de surveillance de la concurrence, le nouveau groupe devra céder sa division de produits génériques à la firme israélienne Teva Pharmaceutical Industries.

Sources : Les Echos 23 novembre 2015.