Goodyear : justice de classe ?


Vendredi 15 janvier 2016, Erik Rydberg, 1926 signes.
Cet article a été visité 249 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Jeudi 14 janvier 2016. Parmi les quelque 300 manifestants – syndicalistes (CGT, SUD) et membres de la Ligue des droits de l’homme et du syndicat des avocats de France – venus sous la pluie protester devant le tribunal de grande instance de Toulouse, cette pancarte qui dépasse, figée par la photo de presse : "Tous unis contre la justice de classe". L’accusation est forte mais proportionnée au verdict de ce tribunal condamnant huit syndicalistes CGT à deux ans de prison, dont neuf mois ferme, pour… avoir retenu deux cadres d’entreprise durant une trentaine d’heures, en 2014, au plus fort d’un conflit social menaçant de jeter à la rue les 1.173 travailleurs de leur usine. Signe d’un durcissement à l’égard du droit social (ouvrier, comme on disait auparavant : droit du faible contre les puissants) ? Le verdict Goodyear, souligne un observateur, vient en effet juste après les poursuites intentées contre les salariés d’Air France et la condamnation d’une inspectrice du travail (Laura Pfeiffer) pour avoir dénoncé les pressions exercées contre elle par l’entreprise contrôlée (Tefal)… Il surgit aussi au terme d’une saga où, au vu et au su de tous, un outil de production de pneus (Goodyear) s’est vu racheté par un "raider Raider Entreprise ou particulier s’employant à obtenir le contrôle d’une société sans en avoir référé au conseil d’administration de celle-ci, ni se soucier de son accord. Cela aboutit généralement à une OPA.
(En anglais : raider)
" texan opérant sous le nom de Titan, qui s’est empressé de délocaliser tout ou presque en Russie – en balayant d’un revers de main le projet de coopérative porté par les syndicalistes, qui aurait permis de sauver 800 emplois. Pour utiliser une formule qui depuis peu fait florès : huit syndicalistes condamnés pour mieux masquer que les vrais coupables, eux, courent toujours ? Entre les patrons et les travailleurs, la justice a fait son choix. Une pétition est en cours.

Source : L’Humanité du 15 janvier 2016. Voir par ailleurs son site http://www.humanite.fr/ ou celui de la CGT (avec la pétition) http://cgt.fr/L-appel-des-Goodyear.html