Le casque colonial de Pfizer au Nigeria (suite)


Mardi 13 juillet 2010, Erik Rydberg, 1297 signes.
Cet article a été visité 134 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Les familles nigérianes victimes des tests cliniques illégaux (onze enfants décèderont) pratiqués en 1996 par la firme pharmaceutique multinationale Multinationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : multinational)
américaine Pfizer (voir notre Belwatch du 9 mai 2006) ont, près de quinze ans après les faits, obtenu une victoire d’étape importante le 29 juin 2010 devant la Cour suprême des Etats-Unis, celle-ci déboutant Pfizer de son appel contre la décision d’un tribunal de New York de déclarer la plainte des familles recevable. Et ce en vertu de la fameuse "alien tort statute", une loi de 1789 ouvrant la possibilité, à des ressortissants étrangers, d’enclencher une action Action Part de capital d’une entreprise. Le revenu en est le dividende. Pour les sociétés cotées en Bourse, l’action a également un cours qui dépend de l’offre et de la demande de cette action à ce moment-là et qui peut être différent de la valeur nominale au moment où l’action a été émise.
(en anglais : share ou equity)
judiciaire aux Etats-Unis pour des faits commis hors de la juridiction du pays. Le revers subi par Pfizer concerne, pour mémoire, des tests cliniques à grande échelle de l’antibiotique Trovan sur des enfants atteints de méningite au Nigeria, sans autorisation ni des autorités ni des familles concernées. La commercialisation du médicament ne sera autorisée aux Etats-Unis, en 1997, qu’assortie d’une interdiction aux enfants, pour être ensuite, 1999, encore restreinte en raison d’importants effets secondaires (affections du foie et décès). En Europe, il est tout simplement interdit.

Source:Le Monde du 2 juillet 2010.