Foxconn ou les enseignements économiques du suicide


Jeudi 3 juin 2010, Bruno Bauraind, 2348 signes.
Cet article a été visité 151 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Foxconn (Hon Hai) puis Honda, les conflits sociaux ont tendance à se succéder ces derniers temps dans les bassins industriels chinois. Outre l’inquiétude que les revendications salariales des ouvriers chinois provoquent dans les maisons mères occidentales ou japonaises, c’est sans doute la réaction des autorités chinoises qui décontenance le plus les opérateurs internationaux. Devenu le plus grand sous-traitant électronique mondial, Foxconn est une entreprise taiwanaise qui produit en Chine continentale des produits complets pour Sony, Nintendo, Apple, Motorola, HP, Dell… Son chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
est passé de 0,5 à 61,8 milliards de dollars entre 1996 et 2008. Confrontée à une vague de suicides dans ses usines, l’entreprise a annoncé une hausse de 20% des salaires. Pourtant prompt à catalyser les mouvements de protestation, les autorités chinoises ont cette fois laissé la conflictualité s’installer et même, plus inhabituel, les médias s’en emparer. Adoucissement passager ou politique macroéconomique ? En effet, si la Chine a besoin des commandes des multinationales étrangères pour absorber une main-d’œuvre peu qualifiée issue des campagnes, il n’en reste pas moins que l’atelier du monde est sans doute en train de passer progressivement à une autre étape de son développement, moins dépendante des exportations. La part des salaires dans la valeur ajoutée Valeur ajoutée Différence entre le chiffre d’affaires d’une entreprise et les coûts des biens et des services qui ont été nécessaires pour réaliser ce chiffre d’affaires (et qui forment le chiffre d’affaires d’une autre firme) ; la somme des valeurs ajoutées de toutes les sociétés, administrations et organisations constitue le produit intérieur brut.
(en anglais : added value)
du pays, 36%, reste trop basse pour fonder son économie sur la consommation nationale. Une hausse des salaires et du niveau de vie de la majorité de la population chinoise permettrait de remédier à ce déséquilibre. En outre, la concentration à l’œuvre dans la sous-traitance Sous-traitance Segment amont de la filière de la production qui livre systématiquement à une même compagnie donneuse d’ordre et soumise à cette dernière en matière de détermination des prix, de la quantité et de la qualité fournie, ainsi que des délais de livraison.
(en anglais : subcontracting)
industrielle permet aux grandes entreprises chinoises de moins souffrir du chantage à la délocalisation Délocalisation Transfert de production vers un autre pays. Certains distinguent la délocalisation au sens strict qui consiste à déplacer des usines ailleurs pour approvisionner l’ancien marché de consommation situé dans la contrée d’origine et la délocalisation au sens large qui généralise ce déplacement à tout transfert de production.
(en anglais : offshoring).
vers d’autres pays asiatiques. Hon Hai, la maison-mère de Foxconn, est par exemple devenu un partenaire incontournable pour les clients occidentaux. Peut-on encore changer d’atelier ? Derrière les suicidés de Foxconn ou la grève chez Honda, c’est peut-être aussi le rapport de force entre donneurs d’ordre occidentaux et sous-traitants chinois qui est en passe de se rééquilibrer…

Source : Les Echos du 31 mai et du 2 juin 2010 ; L’Echo du 1 juin 2010 et le Financial Times du 03 juin 2010.