Peugeot tourne à plein régime intérimaire


Jeudi 3 juin 2010, Erik Rydberg, 1282 signes.
Cet article a été visité 148 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

La bagnole a de beaux jours devant elle. Sur le site de Sochaux (Peugeot PSA), la production est désormais, juin 2010, supérieure à son niveau d’avant le crash du secteur automobile en 2009. Quelque 1.630 véhicules sortent quotidiennement des chaînes (1.420 avant la crise), ce qui devrait donner un volume annualisé de 350.000 - et, ironie, surtout de grosses machines peu "écologiques", des 4x4 berline 308 et des monospaces 5008. Pour les travailleurs, ce n’est pas exactement un cadeau : heures et journées (samedis) supplémentaires et, surtout, avalanche de contrats de "sous-emploi". Sochaux, qui comptait dans les années septante 40.000 salariés, doit "faire" aujourd’hui avec 11.000 travailleurs et - reprise aidant - pas moins de 1.670 intérimaires et 200 contrats à durée déterminée, nouvellement embauchés, au rabais. On a là comme un premier bilan de la crise sur le monde du travail. Les travailleurs temporaires en ont été les premiers touchés. En France, entre avril 2008 et juin 2009, la moitié des licenciements dans l’industrie a frappé les intérimaires. Et c’est cette même catégorie qui sera sollicitée en cas de reprise. L’emploi Kleenex a, lui aussi, de beaux jours devant lui.

Source : L’Humanité du 2 juin 2010.