GM ferme Opel Anvers


Mercredi 27 janvier 2010, Henri Houben, 967 signes.
Cet article a été visité 113 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Il n’y a pas eu de miracle. Après des mois d’atermoiements, Nick Reilly, le patron de la division européenne de GM, a annoncé le plan de restructuration drastique pour la filiale d’Opel/Vauxhall : suppressions de 8.300 emplois sur un total de 48.000 et fermeture du site d’Anvers qui occupe encore 2.600 travailleurs. Agoria, la fédération patronale du métal (entre autres), estime à 5.000 les postes pouvant être perdus dans la région anversoise suite à cette décision. En principe, la production de l’Astra est prévue jusqu’au 30 juin. Les syndicats ont immédiatement réagi. Ils en appellent à une solidarité européenne fondée sur deux mots d’ordre : pas d’aide européenne à un constructeur qui ferme des usines ; pas de licenciements et pas d’élimination de sites.

Source : Les Echos, L’Echo, Trends, Le Soir 21-26 janvier 2010, Le Monde 22 janvier 2010, Global Insight Auto 20 et 22 janvier 2010.