Philips : le grand écart entre économies réelle et financière


Jeudi 22 octobre 2009, Tiago Stichelmans, 1473 signes.
Cet article a été visité 187 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

L’entreprise néerlandaise Philips a annoncé un surprenant bénéfice net Bénéfice net Profit déclaré d’une société après avoir payé les intérêts sur les charges financières, comptabilisé les amortissements et réglé l’impôt des sociétés sur les bénéfices.
(en anglais : net income)
de 176 millions d’euros au troisième semestre de 2009, ce qui correspond à une hausse de 300 % par rapport à la même période en 2008. Le chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
s’établit quant à lui à 5,62 milliards d’euros, soit... une baisse de 11 % par rapport à la même période de référence. Pour le PDG de Philips, ces résultats "reflètent nos solides fondamentaux et la manière proactive avec laquelle nous avons géré nos coûts". L’entreprise avait en effet annoncé la suppression de 6.000 emplois en 2009, après en avoir déjà supprimé 3.000 à la fin 2008 et cela sur un total d’un peu plus de 120.000 employés dans le monde. Ces suppressions devraient permettre de réaliser des économies de 500 millions d’euros par an dès le second semestre 2009 et 600 millions d’euros par an à partir de 2010. Le groupe a malgré tout annoncé qu’il envisageait, si cela s’avérait nécessaire, de procéder à de nouvelles restructurations en 2010. La cote de l’action Action Part de capital d’une entreprise. Le revenu en est le dividende. Pour les sociétés cotées en Bourse, l’action a également un cours qui dépend de l’offre et de la demande de cette action à ce moment-là et qui peut être différent de la valeur nominale au moment où l’action a été émise.
(en anglais : share ou equity)
Philips a grimpé de 7,7% après l’annonce de ces résultats qui ont pris de court tous les experts du marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
. C’est sans doute le meilleur indice de ce que ces restructurations – et ce "bénéfice" reposant sur une baisse des ventes – reflètent une stratégie plus financière qu’industrielle.

Souce : Financial Times du 12 octobre 2009 et L’Echo du 12 octobre 2009.