Etain sous oligopole spéculatif


Jeudi 15 octobre 2009, Erik Rydberg, 2047 signes.
Cet article a été visité 145 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

La presse économique en a fait ses grands titres. 90% du stock Stock Sous sa forme économique, c’est l’ensemble des avoirs (moins les dettes) d’un acteur économique à un moment donné (par exemple, le 31 décembre 2007). Ce qui sort ou qui entre durant deux dates est un flux. Le stock dans son sens économique s’oppose donc au flux. Sous son interprétation comptable, le stock est l’ensemble des marchandises achetées qui n’ont pas encore été produites ou dont la fabrication n’a pas été achevée lors de la clôture du bilan ou encore qui ont été réalisées mais pas encore vendues.
(en anglais : stock ou inventory pour la notion comptable).
mondial d’étain est passé sous le contrôle du fonds Fonds (de placement, d’investissement, d’épargne…) : société financière qui récolte l’épargne de ménages pour l’investir ou le placer dans des produits financiers plus ou moins précis, parfois définis à l’avance. Il existe des fonds de pension, des fonds de placement, des fonds de fonds qui sont proposés à tout un chacun. En revanche, les hedge funds (fonds spéculatifs) et les private equity funds sont réservés à une riche clientèle.
(en anglais : fund)
spéculatif d’un "golden boy" danois, Lars Steffensen, établi en toute discrétion dans la station balnéaire britannique de Southend-on-Sea, à portée d’un clic de souris de Londres et des îles Caïmans. Londres ? Siège de la London Metal Exchange, première bourse Bourse Lieu institutionnel (originellement un café) où se réalisent des échanges de biens, de titres ou d’actifs standardisés. La Bourse de commerce traite les marchandises. La Bourse des valeurs s’occupe des titres d’entreprises (actions, obligations...).
(en anglais : Commodity Market pour la Bourse commerciale, Stock Exchange pour la Bourse des valeurs)
mondiale des métaux non ferreux. Iles Caïmans ? Paradis fiscal Paradis fiscal Territoire qui bénéfice d’un avantage fiscal (ou plusieurs) par rapport aux tarifications habituellement en vigueur à l’étranger. Le gain peut être un impôt très faible, voire inexistant, sur les hauts revenus, sur les frais d’enregistrement ou administratifs, sur le patrimoine.
(en anglais : tax havens)
bien connu et siège du fonds Fonds (de placement, d’investissement, d’épargne…) : société financière qui récolte l’épargne de ménages pour l’investir ou le placer dans des produits financiers plus ou moins précis, parfois définis à l’avance. Il existe des fonds de pension, des fonds de placement, des fonds de fonds qui sont proposés à tout un chacun. En revanche, les hedge funds (fonds spéculatifs) et les private equity funds sont réservés à une riche clientèle.
(en anglais : fund)
spéculatif (hedge fund) en question, Ebullio Capital Management. C’est une jolie leçon d’économie. L’étain, métal précieux pour la fabrication du bronze et des circuits électroniques, n’obéit pas aux lois ordinaires de l’offre et de la demande sur un marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
où vendeurs et acheteurs se rencontrent librement. Comme la plupart des matières premières, l’étain fait l’objet de transactions entre intermédiaires sur des marchés monopolistiques spécialisés, des clubs assez fermés. Pour mettre la "main" sur 90% du stock Stock Sous sa forme économique, c’est l’ensemble des avoirs (moins les dettes) d’un acteur économique à un moment donné (par exemple, le 31 décembre 2007). Ce qui sort ou qui entre durant deux dates est un flux. Le stock dans son sens économique s’oppose donc au flux. Sous son interprétation comptable, le stock est l’ensemble des marchandises achetées qui n’ont pas encore été produites ou dont la fabrication n’a pas été achevée lors de la clôture du bilan ou encore qui ont été réalisées mais pas encore vendues.
(en anglais : stock ou inventory pour la notion comptable).
d’étain – 15.400 tonnes, valant aujourd’hui quelque 157 millions d’euros, plus de 6 milliards de nos anciens francs –, Ebullio et Steffensen n’ont pas dû en allonger le montant, une promesse de paiement ultérieur suffit, ni faire de la place sur les étagères de leurs bureaux dans la station balnéaire pour prendre livraison de 15.400 tonnes, tout cela reste très abstrait, des jeux d’écritures. Abstrait mais lucratif. Le prix de l’étain a, grâce à cette prise de contrôle, bondi de 55% depuis décembre 2008 et lorsque Ebullio revendra, cela n’aura rien d’abstrait... Les producteurs, industriels et négociants ont protesté contre cette envolée factice des prix de l’étain auprès de la London Metal Exchange, en vain. Selon celle-ci, la position dominante d’Ebullion s’est exercée "dans le parfait respect des règles". Quand on veut étudier l’économie, il faut en connaître les règles.

Source : L’Echo du 10 octobre 2009 et Le Monde du 13 octobre 2009.