BNP Paribas laverait-elle l’argent plus blanc que blanc ?


Mardi 6 octobre 2009, Henri Houben, 2420 signes.
Cet article a été visité 141 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Baudouin Prot, directeur général de BNP Paribas - dont le public belge se rappelle le rachat au forceps des activités bancaires de Fortis -, a annoncé qu’il respecterait les accords internationaux sur les paradis fiscaux et qu’il fermerait les agences qui y sont situées. Mais de quels paradis parle-t-il ? Comme suite au G20 G20 Extension du G8 à d’autres pays de la planète, considérés comme importants par leur taille et leur poids politique et économique. Il s’agit de 19 pays (Afrique du Sud, Allemagne, Arabie Saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, Corée du Sud, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Mexique, Russie et Turquie) et de l’Union européenne. Créé en septembre 1999, ce groupe a pris une importance croissante avec la crise économique, étant donné qu’il apparaît que celle-ci ne peut plus être résolue par les pays du G8 seuls.
(En anglais : G20)
de Londres, les grands Etats de la planète ont décidé de mettre à l’index les pays qui cachent les informations financières aux autres, mais suivant une liste établie par l’OCDE OCDE Organisation de Coopération et de Développement Économiques : Association créée en 1960 pour continuer l’œuvre de l’Organisation européenne de coopération économique (OECE) chargée de suivre l’évolution du plan Marshall à partir de 1948, en élargissant le nombre de ses membres. A l’origine, l’OECE comprenait les pays européens de l’Ouest, les États-Unis et le Canada. On a voulu étendre ce groupe au Japon, à l’Australie, à la Nouvelle-Zélande. Aujourd’hui, l’OCDE compte 34 membres, considérés comme les pays les plus riches de la planète. Elle fonctionne comme un think tank d’obédience libérale, réalisant des études et analyses bien documentées en vue de promouvoir les idées du libre marché et de la libre concurrence.
(En anglais : Organisation for Economic Co-operation and Development, OECD)
. Or, celle-ci marque une distinction entre ceux qui n’ont aucune collaboration et qui figurent dans le panier des "moutons noirs " et ceux qui acceptent une certaine discussion et qui composent la "liste grise". Actuellement, plus aucune nation ne se situe dans la première catégorie. Et pour sortir de la seconde, il suffit d’avoir des négociations avec douze autres pays pour accepter des transferts d’informations financières. Autant dire que les Etats épinglés se précipitent pour mener ces accords. Ainsi, la Belgique, le Luxembourg ou la Suisse se sont conformés à cette disposition et échappent maintenant au classement réprobateur. Mais il en va de même pour Monaco, qui a passé des transactions notamment avec... sept autres paradis fiscaux. Que valent dès lors les belles déclarations de M. Prot ? Pas grand-chose. Les filiales suisses, luxembourgeoises, monégasques ne risquent rien et BNP Paribas pourra toujours y transiter des fonds Fonds (de placement, d’investissement, d’épargne…) : société financière qui récolte l’épargne de ménages pour l’investir ou le placer dans des produits financiers plus ou moins précis, parfois définis à l’avance. Il existe des fonds de pension, des fonds de placement, des fonds de fonds qui sont proposés à tout un chacun. En revanche, les hedge funds (fonds spéculatifs) et les private equity funds sont réservés à une riche clientèle.
(en anglais : fund)
sans problème. Comme l’a souligné le récent accord entre les Etats-Unis et la Suisse à propos des agissements d’UBS (voir Belwatch du 21 août 2009), il faut que le fisc américain désigne explicitement les personnes et les comptes surveillés pour qu’il y ait possibilité de levée du secret bancaire. En définitive, les fermetures de BNP Paribas ne devraient donc concerner que six établissements principalement au Panama et aux Bahamas, alors que, selon le mensuel Alternatives économiques, elle dispose de 189 filiales offshore. Comme le présentait Coluche dans son sketch sur la publicité (des poudres à lessiver) : "Blanc, je sais ce que c’est comme couleur. Moins blanc que blanc aussi. C’est quelque chose de gris, pas très clair... Mais plus blanc que blanc, franchement je ne vois pas".

Source : Le Monde du 28 septembre 2009 et L’Expansion du 1er octobre 2009.