Hachette, c’est un brin de négationnisme ?


Lundi 5 octobre 2009, Erik Rydberg, 1963 signes.
Cet article a été visité 199 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le dictionnaire Chambers figure, outre-Manche, parmi les ouvrages de référence de l’honnête homme. L’entreprise encyclopédique est devenue, au fil du temps, une institution, fondée au 19e siècle par les frères Chambers, William et Robert. Ils ont donné leur nom à une rue du quartier universitaire à Edinburgh, en Ecosse. La première édition de leur dictionnaire date de 1867. Jusqu’il y a peu, vingt-sept salariés lexicographes continuaient à lui donner corps et âme. Ils ont tous été licenciés. Cela s’est fait en deux temps. D’abord, la bombe à retardement, lorsque, 1992, Chambers rachète les dictionnaires grand public Harrap. Elle explose avec effet boomerang quelque temps plus tard lorsque Hachette (pôle médias du groupe Lagardère, 260 titres, dont Paris Match et ELLE), pour s’emparer à son tour du très rentable Harrap, rachète Chambers, qui n’a de valeur que de tremplin, jetable après usage. Chose faite, donc, en septembre 2009. Rien ne sert de garder les bureaux écossais de Chambers, dira Hachette, "puisque la majorité des ventes de Harrap a lieu en France". Liam Rodger, un des lexicographes licenciés, aura ce commentaire désabusé : ce type de situation est typique lorsque "les décisions sur la survie d’une entreprise sont fondées uniquement sur un examen des comptes financiers, sans connaissance des savoir-faire du métier." D’un trait de plume, Hachette efface près de deux siècles d’érudition, une forme raffinée du négationnisme, pourrait-on dire. Bien sûr, cela peut se discuter : était-ce vraiment important de maintenir en fonction nos vingt-sept lexicographes ? Question théorique. Car cela ne se discute pas. Ce type de décision ne fait jamais l’objet d’un débat démocratique. Ils sont le fait du prince, décrété dans l’ombre des états-majors de grands groupes financiers et industriels.

Source : Times Literary Supplement, n°5557, daté du 2 octobre 2009.