Goodyear contre droit du travail : 0-1


Mardi 1er septembre 2009, Erik Rydberg, 1871 signes.
Cet article a été visité 213 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Les motifs qui ont conduit la direction de la multinationale Multinationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : multinational)
du pneumatique américaine Goodyear à mettre en route, le 26 mai 2009, une "restructuration" de son site d’Amiens, par suppression pure et simple de 820 emplois sur 1.400, sont controversés. Selon le délégué CGT Mickael Wamen, il s’agirait d’une vengeance personnelle de la direction comme suite au refus des travailleurs de son plan "4 x 8", consistant à organiser le travail en quatre équipes au lieu de cinq – c’est-à-dire travailler plus pour que les profits augmentent plus. La bataille s’est déplacée sur le terrain juridique, avec un résultat qui, pour quiconque s’intéresse à la réglementation des multinationales par le droit du travail, mérite mention. Le comité central d’entreprise de Goodyear Amiens et la CGT ont en effet saisi la justice pour réclamer la suspension du plan de restructuration au motif que la procédure obligatoire d’information et de consultation n’a pas été respectée. Le verdict, prononcé par le tribunal de grande instance de Nanterre est tombé le 28 août 2009. Comme un couperet. Jugeant "incomplètes" les informations transmises au comité central d’entreprise, le tribunal a suspendu le plan de restructuration. Pour l’avocat des salariés, Fiodor Rilov, qui relève que Goodyear "n’a aucune justification à proposer concernant ces licenciements", d’autant que la multinationale Multinationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : multinational)
est largement bénéficiaire, le jugement de Nanterre "porte sur la violation d’articles élémentaires du droit du travail". La direction de Goodyear a annoncé son intention de faire appel de la décision. La CGT, quant à elle, a demandé à la direction de revenir à la raison et de se mettre autour de la table pour discuter de l’avenir industriel du site. Entre gens civilisés ?

Source : L’Humanité des 20 juillet et 31 août 2009.