Fraude UBS : règlement à l’amiable


Lundi 31 août 2009, Erik Rydberg, 1909 signes.
Cet article a été visité 217 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Ce qui promettait d’être le procès de la fraude fiscale du siècle sera donc largement "jugé" hors des tribunaux, un arrangement amiable entre intérêts bien compris. Ce n’allait pas de soi et la rencontre au sommet, début août 2009, à Washington, entre Hillary Clinton et Micheline Calmy-Rey, son homologue suisse des Affaires étrangères a sans doute facilité cette issue heureuse. La justice américaine renonce ainsi à obtenir la liste des 52.000 Américains fortunés suspectés d’avoir fraudé le fisc à l’aide d’UBS, première banque privée mondiale et pilier de l’économie suisse. En échange de ces indulgences, de son côté, UBS versera une obole forfaitaire, pour solde de tout compte. L’honneur du secret bancaire est sauf. La Suisse peut respirer, et les nantis que le boulet de canon a frôlés de près, aussi, de même que la banque UBS elle-même : la justice américaine avait en effet menacé, faute d’obtenir les noms des fraudeurs, d’intenter au lieu des poursuites directement contre la banque. Carrément pas du jeu. Cet incident diplomatique a pu être évité – via une courbe rentrante spectaculaire : UBS acceptera en effet (une première, dans l’histoire du secret bancaire suisse) de livrer les noms des 4.450 super-riches de la "short-list" qui ont, à eux seuls, planqué des dizaines, voire des centaines de millions de dollars sur des comptes paradisiaques "off-shore", toujours grâce aux services sophistiqués du banquier. L’État suisse, quant à lui, s’est refait une santé en revendant sa participation dans UBS (injection de six milliards de francs dans UBS en octobre 2008 lui apportant 9,3% du capital Capital Ensemble d’actifs et de richesses pouvant être utilisés pour produire de nouveaux biens ou services.
(en anglais : capital, mais aussi fund ou wealth)
) avec une plus-value Plus-value En langage marxiste, il s’agit du travail non payé aux salariés par rapport à la valeur que ceux-ci produisent ; cela forme l’exploitation capitaliste ; dans le langage comptable et boursier, c’est la différence obtenue entre l’achat et la vente d’un titre ou d’un immeuble ; si la différence est négative, on parlera de moins-value.
(en anglais : surplus value).
coquette de 1,2 milliard. Business is business.

Source : Financial Times du 20 août 2009, Wall Street Journal du 21 août 2009 et l’International Herald Tribune du 1er août 2009.