L’amende record ne fait qu’égratigner Intel


Lundi 15 juin 2009, Robert Hall, 2049 signes.
Cet article a été visité 146 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Dans le but de garder son quasi-monopole (70% au moment des faits, 80% aujourd’hui) sur le marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
des microprocesseurs, la société américaine, Intel, a délibérément usé de sa position dominante pour fermer le marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
à ses concurrents, dont Advanced Micro Devices, plaignant dans cette affaire. En effet, au terme d’une enquête de neuf ans, dont deux séries de perquisitions surprises, et d’un rapport de 542 pages, la Commission européenne a, le 13 mai 2009, jugé Intel coupable d’avoir recouru à deux formes spécifiques de pratiques illégales sur la période allant d’octobre 2002 à décembre 2007. Primo, Intel n’accordait de remises aux fabricants d’ordinateurs (Acel, Dell, Hewlett-Packard, Lenovo et NEC) que s’ils les équipaient de matériel Intel. Secundo, le géant Américain payait le distributeur informatique allemand MediaMarkt pour qu’il ne vende que des appareils équipés Intel, de même que des fabricants pour qu’ils arrêtent ou diffèrent le lancement de produits intégrant un matériel concurrent. Pour avoir violé les règles anti-trust et ainsi "lésé des millions et des millions de consommateurs", Intel s’est ainsi vu infliger l’amende record de 1.060 millions d’euros. Bien que déjà condamné pour des pratiques similaires au Japon et en Corée du Sud, Paul Otellini, le patron d’Intel a vivement contesté la décision et déposera un recours (non suspensif, nota bene). Wall Street, pour sa part, ne s’en inquiète guère et le titre Titre Morceau de papier qui représente un avoir, soit de propriété (actions), soit de créance à long terme (obligations) ; le titre est échangeable sur un marché financier, comme une Bourse, à un cours boursier déterminé par l’offre et la demande ; il donne droit à un revenu (dividende ou intérêt).
(en anglais : financial security)
Intel a poursuivi sa progression. Logique. L’amende ne représente qu’un petit 4% (et des poussières) du chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
d’Intel et, surtout, laisse dans l’ombre le trust existant de facto entre, d’une part, Intel et ses microprocesseurs et, d’autre part, Microsoft et ses systèmes d’exploitation Windows/Vista (95% du marché mondial) : ceux-ci, le "hasard" fait bien les choses, se trouvent en général tous deux "préinstallés" sur les ordinateurs proposés au très peu libre choix du consommateur.

Les Echos du 14 mai 2009