Le travail décent fait problème en Inde : Hyundai délocalise


Jeudi 14 mai 2009, Erik Rydberg, 1532 signes.
Cet article a été visité 178 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le constructeur sud-coréen Hyundai a annoncé qu’il délocalise. Il va déplacer une partie de sa production en Inde pour aller en Europe. Une délocalisation Délocalisation Transfert de production vers un autre pays. Certains distinguent la délocalisation au sens strict qui consiste à déplacer des usines ailleurs pour approvisionner l’ancien marché de consommation situé dans la contrée d’origine et la délocalisation au sens large qui généralise ce déplacement à tout transfert de production.
(en anglais : offshoring).
à l’envers. A l’origine de la décision, un problème patronal de gestion de la "masse salariale". Hyundai a une usine à Sriperumbudur, au sud de l’Inde. Elle compte quelque 10.000 travailleurs et elle a été paralysée par une grève. C’est mauvais pour les affaires. Dans le planning de Hyundai, le site est censé produire en 2009 quelque 120.000 véhicules, dont 80.000 pour l’exportation. L’objectif ne pourra pas être tenu. La direction rejette la faute sur les travailleurs et leur grève pour obtenir des droits syndicaux, qui a conduit à l’arrestation de 750 manifestants. Les libertés syndicales, voilà qui nuit au bon climat des affaires. Et puis, relève l’article qui rend compte de la décision, l’Inde est un pays turbulent, surtout en période électorale. La grève à l’usine de Hyundai fait suite à une autre, frappant le constructeur automobile indien Mahindra & Mahindra, et peu avant, en septembre 2008, un conflit violent opposant travailleurs et direction d’un équipementier italien contrôlé par la multinationale Multinationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : multinational)
suisse Oerlikon dans la banlieue de New Delhi s’était terminé par le meurtre du directeur (voir sur notre Observatoire des entreprises sous la clé "Oerlikon"). En Europe, espère sans doute Hyundai, il sera plus aisé de conclure des accords de "paix sociale".


Source : Financial Times du 08 mai 2009