Big pharma contre l’universalité du droit à la santé


Vendredi 13 mars 2009, Bruno Bauraind, 2003 signes.
Cet article a été visité 157 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

En juillet 2008, Roche déboursait 43 milliards de dollars pour acquérir les 44% du capital Capital Ensemble d’actifs et de richesses pouvant être utilisés pour produire de nouveaux biens ou services.
(en anglais : capital, mais aussi fund ou wealth)
de Genentech qu’il lui manquait. En janvier 2009, au prix d’un réduction des effectifs de 15% et de la fermeture de 5 usines, Pfizer (leader mondial) s’offrait Wyeth pour 68 milliards de dollars. Enfin, le 10 mars, Merck achetait Schering-Plough pour 41,1 milliards de dollars et s’adjugeait la seconde place du classement des géants pharmaceutiques. Malgré la crise et les déboires passés, le modèle "Big pharma" fait donc son retour en grâce. Confrontés à l’expiration des brevets qui protègent leurs médicaments vedettes, le Lipitor contre le cholestérol en 2011 pour Pfizer et le Singulair contre l’asthme en 2012 pour Merck, les firmes pharmaceutiques ont donc décidé de se tourner vers le croissance Croissance Augmentation du produit intérieur brut (PIB) et de la production.
(en anglais : growth)
externe plutôt que l’innovation interne pour sauvegarder leur santé financière et battre la concurrence générique à bas prix. Pourtant, la Bourse Bourse Lieu institutionnel (originellement un café) où se réalisent des échanges de biens, de titres ou d’actifs standardisés. La Bourse de commerce traite les marchandises. La Bourse des valeurs s’occupe des titres d’entreprises (actions, obligations...).
(en anglais : Commodity Market pour la Bourse commerciale, Stock Exchange pour la Bourse des valeurs)
n’a guère apprécié. Ainsi, depuis le début de l’année 2009, les principales valeurs pharmaceutiques américaines ont perdu du terrain. Après son rachat de Wyeth, Pfizer accusait une perte de 9,7% en séance. Même constat pour Merck, son rachat de Schering-Plough n’a pas suscité l’engouement escompté. Plus que la concurrence des génériques et la perte de brevets, il semble que la volonté du gouvernement américain de modifier radicalement sa politique de soin de santé effraye les investisseurs. Imaginez cette vision d’horreur, un gouvernement qui exige des médicaments moins chers pour ses programmes médicaux publics ou qui encourage le développement des génériques, une autorité sanitaire plus stricte et des impôts sur les bénéfices des entreprises… En d’autres termes, un gouvernement qui s’occupe de la santé de ses citoyens. La Bourse Bourse Lieu institutionnel (originellement un café) où se réalisent des échanges de biens, de titres ou d’actifs standardisés. La Bourse de commerce traite les marchandises. La Bourse des valeurs s’occupe des titres d’entreprises (actions, obligations...).
(en anglais : Commodity Market pour la Bourse commerciale, Stock Exchange pour la Bourse des valeurs)
américaine n’aime guère, ni le Big Pharma.

Source : Les Echos du 27 et 28 janvier 2009. Les Echos du 10 mars 2009.