Nestlé et le marché de la santé (lucratif, captif)


Mardi 2 janvier 2007, Erik Rydberg, 1620 signes.
Cet article a été visité 144 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Avec le deal de rachat (2,5 milliards de dollars) de la division Nutrition Médicale de Novartis intervenu à la mi-décembre 2006, Nestlé deviendra le numéro deux, derrière Abbott, de ce secteur décrit comme "très lucratif et riche en potentiel de croissance Croissance Augmentation du produit intérieur brut (PIB) et de la production.
(en anglais : growth)
" : ventes annuelles en augmentation de 8%, contre 1 à 2% pour l’alimentation générale et l’acquisition de la division Novartis (2.000 salariés dans 40 pays et un chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
annuel de 950 millions de dollars) devrait ainsi renforcer d’environ 20% les ventes de Nestlé dans cette gamme de produits destinés aux hôpitaux. Nestlé n’est pas à son coup d’essai. La multinationale Multinationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : multinational)
suisse a acheté, en 2006, Jenny Craig (aliments de régime) et Uncle Toby’s (barres de céréales) et un rachat de la division Gerber/Aliments pour Bébés (79% du marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
américain) de Novartis n’est pas à exclure. Tout cela peut paraître un peu brouillon et contradictoire. Nestlé achète dans un marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
lucratif (hôpitaux : marché captif et subsidié) et ses actions grimpent de 2% à la Bourse Bourse Lieu institutionnel (originellement un café) où se réalisent des échanges de biens, de titres ou d’actifs standardisés. La Bourse de commerce traite les marchandises. La Bourse des valeurs s’occupe des titres d’entreprises (actions, obligations...).
(en anglais : Commodity Market pour la Bourse commerciale, Stock Exchange pour la Bourse des valeurs)
. Novartis se défait d’un marché lucratif (le même) et ses actions... grimpent aussi de 1,5%. Car, disent les analystes, Novartis a maintenant plein de cash et dispose donc, ouvrons les guillemets, "d’une flexibilité stratégique additionnelle". Qu’elle utilisera pour d’autres rachats d’entreprises. Sans rien produire de plus ou en mieux, chez Nestlé ou Novartis, naturellement, ce ne sont que des transferts de titres de propriété.. Economie-casino, comme d’aucuns disent.

Sources : International Herald Tribune du 15/12/2006[/rouge]