Total en soutien des PME


Vendredi 7 novembre 2008, Erik Rydberg, 1277 signes.
Cet article a été visité 98 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

La multinationale Multinationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : multinational)
pétrolière française Total vient d’enregistrer un nouveau record au troisième trimestre 2008 en atteignant un résultat net de 4,1 milliards d’euros, en progression de 35% par rapport à l’an dernier. On n’est pas présent dans 130 pays pour rien, et disposer de 96.000 travailleurs, d’évidence, cela dégage des marges. Aspect moins connu de ses activités, cependant : son programme d’appui aux PME. Rien que dans le département des Pyrénées-Atlantiques, ce sont quelque 400 petites entreprises qui ont, en trente ans, bénéficié de ses prêts en soutien à la création, la reprise ou la croissance Croissance Augmentation du produit intérieur brut (PIB) et de la production.
(en anglais : growth)
des entreprises. Plus largement, depuis 1978, 3.000 projets ont bénéficié de 430 millions d’euros de prêts en France avec pour résultat 50.000 emplois créés ou soutenus. En ces temps où les banques rechignent à jouer leur rôle de fournir le crédit nécessaire à l’activité industrielle, le fait mérite d’être souligné. Total (159 milliards d’euros en chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
2007) prévoit, d’ici à 2010, de soutenir 5.000 entreprises en déployant ce programme, cette fois, hors des frontières, en Allemagne, au Congo, au Cambodge et en Italie.

Source : Les Echos des 31 octobre 2008 et des 5 et 6 novembre 2008