British Rail : les enchères continuent


Dimanche 9 novembre 2008, GRESEA ASBL, 1766 signes.
Cet article a été visité 108 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Privatisé et dépecé dans les années nonante, le rail britannique poursuit sa lente dérive au gré des bons et mauvais vents financiers. Son matériel roulant, quelque 14.000 motrices, voitures et wagons, est devenu la propriété d’opérateurs privés qui les utilisent pour garnir leurs marges ou, histoire de dégager des liquidités, s’en dégarnir. La banque espagnole Santander, qui en possède 5.500 véhicules via son département de leasing Porterbrook, s’apprête à les vendre pour 2 milliards de livres à la Deutsche Bank. La banque britannique HSBC, dont les 4.000 véhicules desservent notamment la liaison Londres-Edinburgh, cherche de son côté preneur, par l’entremise de Rothschild, pour s’en débarrasser pour le même montant. Pourquoi cela ? Parce que HSBC s’est aperçu que sa branche américaine détient pour 21 milliards de livres en actifs "toxiques" (subprime Subprime Crédit accordé à une famille qui ne possède pas les conditions pour obtenir celui-ci, c’est-à-dire avoir des rentrées financières stables ; ce prêt est considéré comme étant risqué ; dont le taux d’intérêt pratiqué ne sera pas celui d’un risque normal, appelé aux États-Unis « prime rate » (taux de base), mais celui d’une catégorie « en dessous » (subprime).
(en anglais : subprime).
) qui démolit d’autant sa valeur boursière, d’où nécessité légale de raffermir ses réserves en capitaux propres. Reste Angel Trains, 4.500 véhicules : là, l’opération a déjà été menée à terme. Ils ont été vendus en 2008 par la Royal Bank of Scotland à la banque d’investissement Banque d’investissement Organisme de gestion de dépôts et de fortune qui, contrairement aux banques commerciales, peut placer ces fonds sur les marchés financiers (Bourse...) et investir dans des sociétés privées autres que bancaires. En revanche, les banques d’investissements n’ont pas le droit de récolter massivement les dépôts et d’avoir des agences à toutes les rues des cités.
(en anglais : investment bank)
australienne Babcock & Brown. Montant de la transaction : 3,6 milliards de livres. On marque un temps d’arrêt, là ? Une banque australienne, une banque allemande, une banque espagnole, sont-ce là des opérateurs disposant du savoir-faire et de l’expérience technique appropriés pour prendre des décisions sur l’avenir, la maintenance et le renouvellement des locomotives du réseau ferré britannique ? Affirmatif, répondront les fondamentalistes du marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
qui font en Europe la loi en matière économique.

Sources : Sunday Times du 26 octobre 2008.