Carrefour invente l’hypermarché à travailleurs bons marchés


Lundi 27 octobre 2008, GRESEA ASBL, 2115 signes.
Cet article a été visité 243 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Vendredi 17 octobre 2008. Les deux syndicats Setca (FGTB) et CNE (CSC) bloquent l’entrée du siège de la multinationale Multinationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : multinational)
Carrefour à Bruxelles (Evere) pour protester contre l’ouverture prévue le 22 octobre à Bruges d’un nouvel hypermarché sous un statut de "faux indépendant" (à l’instar des travailleurs du même nom : une structure juridiquement indépendante mais, de facto, subordonnée). Les syndicats seraient donc opposés à la création de 150 emplois ? Pas vraiment. La colère syndicale trouve son fondement dans le tour de passe-passe du géant français de la grande distribution qui, profitant du fait que le nouveau magasin se trouve en zone touristique, a fait en sorte que le futur personnel tombe sous le coup d’une autre commission paritaire (la 202.01) que celle d’ordinaire appliquée aux hypermarchés (la CP 312). Selon la direction, seule la première commission citée permet d’ouvrir 40 dimanches par an et donc, de rendre l’investissement Investissement Transaction consistant à acquérir des actifs fixes, des avoirs financiers ou des biens immatériels (une marque, un logo, des brevets…).
(en anglais : investment)
viable. Derrière le jargon, il y a lutte sociale car, outre le non respect du repos dominical, le recours à cette commission paritaire permet à Carrefour d’abaisser la masse salariale de 25%, d’allonger le temps de travail de ses futurs employés et d’éviter le paiement des heures prestées le dimanche au tarif adéquat de même que la présence d’une délégation syndicale dans le magasin. L’ouverture de ce "vrai faux" franchisé risque de créer un dangereux précédent pour l’ensemble des travailleurs du secteur. Selon l’administrateur délégué de Carrefour : "C’est un cas tout à fait spécifique. Il n’est pas question d’étendre cela à d’autres magasins". La concurrence, elle, en a déjà pris bonne note puisque Delhaize projette d’ouvrir en janvier prochain un supermarché "Discount" à Gembloux sous le même statut…

Source : : Le Soir du 17 octobre 2008 et le site des Métallos liégeois, http://www.6com.be/4/actu_article.cfm?artID=73298&theme=Entreprises%20de%20services.