Mécanisation ou exploitation, les Guarani n’ont plus le choix


Vendredi 26 septembre 2008, GRESEA ASBL, 1999 signes.
Cet article a été visité 125 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

La ruée vers l’éthanol est une aubaine pour la croissance Croissance Augmentation du produit intérieur brut (PIB) et de la production.
(en anglais : growth)
économique de certains Etats d’Amérique latine et, plus particulièrement, pour le Brésil. Dans les années 80, un programme national de promotion de l’éthanol y fut même lancé dans l’Etat du Mato Grosso. Pour produire de l’éthanol à cette époque, il fallait des coupeurs de canne. Ainsi, plusieurs milliers d’Indiens guaranis quittèrent leurs villages pour venir grossir les rangs d’une main-d’œuvre à bas prix. Mauvaise alimentation, logements précaires, exigence de production en constante augmentation et salaires impayés, les autorités brésiliennes, elles-mêmes, apparentaient ces conditions à de l’esclavage. Dans ce cadre, le gouvernement imposa le "Pacte du travailleur indigène" qui limitait la durée de travail maximale à 70 jours afin de permettre aux Indiens de rentrer dans leurs familles par intermittence. Les quelques avancées sociales obtenues, si le "contrat déterminé de 70 jours" en est une, n’ont pas suffi à améliorer la situation des Guaranis. C’est dans ce contexte socio-économique désastreux que, en 2007, le groupe Louis Dreyfus acquière, par l’intermédiaire de sa filiale Louis Dreyfus Commodities Bioenergia, des usines et installe un méga complexe de production d’éthanol au Mato Grosso. Pour ce qui est des conditions de travail, le groupe de Robert Louis Dreyfus a la solution : la mécanisation. En conséquence, plus de 10.000 emplois vont être supprimés par la multinationale Multinationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : multinational)
française dans cette région. Grâce au groupe Louis Dreyfus, les Indiens guaranis ne seront plus pauvres mais, sans doute, très pauvres…


Source : Peuples Solidaires, Brésil : un éthanol pas très éthique, Appel n°320 de septembre-novembre 2008. L’association invite à envoyer une lettre de protestation à M. Louis Dreyfus. Voir : http://www.peuples-solidaires.org/rubrique165.html