En Thaïlande, Triumph licencie pour délit d’opinion


Mercredi 10 septembre 2008, GRESEA ASBL, 2120 signes.
Cet article a été visité 172 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

La liberté d’expression est une des grandes conquêtes des révolutions bourgeoises et populaires qui ont vu le jour au 19e siècle dans les pays industrialisés d’Occident, qui en ont ensuite fait un de leurs droits fondamentaux à vocation universelle. Non sans mal. Le monde est fait d’histoires et de luttes dont chaque parcours diffère. Il paraîtra, ainsi, en nos contrées, pour le moins bizarre qu’une personne puisse être inquiétée pour manifester publiquement son opposition à l’injonction de se lever lorsque retentit l’hymne national. Au cinéma, par exemple. En Thaïlande, on risque l’arrestation. Voire le renvoi. C’est ce qui est advenu à Chittra Kotchadet, la présidente du syndicat Triumph International Labour Union, qui travaille à Body Fashion Thaïland, filiale de la multinationale Multinationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : multinational)
suisse de la lingerie féminine Triumph. Le 24 avril 2008, intervenant à titre privé lors d’un débat télévisé, elle a porté un tee-shirt, un chouïa antipatriotique, proclamant que le fait de ne pas se lever et penser différemment "n’est pas un crime". La réaction de la direction du Body Fashion ne s’est pas fait attendre. Estimant que la réputation de l’entreprise avait été par là ternie, elle a saisi un tribunal du travail pour demander, et obtenir par une procédure unilatérale, le renvoi de la syndicaliste. Les quelque 3.000 travailleurs de Body Fashion n’ont pas apprécié. Ils se sont mis en grève, massivement, pour exiger la réintégration de leur collègue. De son côté, la Campagne Vêtements Propres a lancé une opération internationale de pétition pour appuyer la revendication. La liberté d’expression demeure un long chemin parsemé d’embûches.

Source : Communiqué et appel de pétitionnement Vêtements Propres du 9 septembre 2008 http://www.vetementspropres.be/index.php?p=g&id=197 et la dépêche d’InfoShop News du 10 septembre 2008 http://news.infoshop.org/article.php?story=20080810071556134