FIFA, une "ASBL" grande gagnante de la Coupe du Monde


Newsflash n°66

Mercredi 23 juin 2010, Lise Blanmailland, 2382 signes.
Cet article a été visité 253 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Nul n’ignore qu’en ce moment se déroule la Coupe du Monde de football en Afrique du sud. Les journaux présentent l’évènement comme une fantastique opportunité pour le pays. Si elle l’est d’un point de vue politique et médiatique, il semblerait qu’économiquement, le mot "opportunité" ne soit pas le plus adéquat. Les spécialistes paraissent au contraire s’accorder sur la note salée que représente l’évènement pour le pays d’accueil (http://www.youphil.com/fr/article/01927-la-coupe-du-monde-va-t-elle-profiter-aux-pauvres).

L’Etat sud-africain s’est fortement endetté pour préparer la Coupe en investissant un montant de 40 milliards d’euros. Il n’est pas le seul à en payer le coût. Les quartiers pauvres ont été nettoyés, des habitants expulsés, certains townships ont été rénovés de façon luxueuse. Des doutes demeurent quant à l’intérêt que peut y trouver la majorité de la population qui vit avec moins de 2 euros par jour. Notons par ailleurs, qu’au stade et aux alentours, seules les boissons des sponsors officiels de la FIFA peuvent être vendues (Libération du 17 juin 2010). Ainsi, la Castle doit faire place à la Budweiser et les jus d’amarula au Coca-Cola. Pas très positif pour l’économie locale !

Quant aux travaux publics, la plupart des infrastructures risquent de se dégrader très vite, faute de moyens pour les entretenir par la suite.

Notons enfin que la FIFA a annoncé une progression de 60% depuis 2003 avec un chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
de 1,059 milliard de dollars (883 millions d’euros), ce qui représente un succès financier sans précédent. En 2009, la fédération disposait de fonds Fonds (de placement, d’investissement, d’épargne…) : société financière qui récolte l’épargne de ménages pour l’investir ou le placer dans des produits financiers plus ou moins précis, parfois définis à l’avance. Il existe des fonds de pension, des fonds de placement, des fonds de fonds qui sont proposés à tout un chacun. En revanche, les hedge funds (fonds spéculatifs) et les private equity funds sont réservés à une riche clientèle.
(en anglais : fund)
propres atteignant la maudite somme de 1,06 milliard de dollars (Les Echos du 11 juin 2010). Pas mal pour une association sans but lucratif !

Quoi qu’il arrive en finale, la FIFA et ses partenaires seront, comme toujours, les grands gagnants de la Coupe du Monde…