Estimation grossière d’un hold-up pétrolier


Newsflash n°62

Jeudi 7 janvier 2010, Bruno Bauraind, 2620 signes.
Cet article a été visité 259 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Depuis janvier 2009, malgré le fort ralentissement de l’économie mondiale, le baril de pétrole a bondi de 75%. Pourtant, depuis mars 2009, les pays de l’OPEP OPEP Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole : Association créée en 1960 pour regrouper une série d’États dont les revenus des exportations pétrolières en vue d’obtenir de meilleures conditions de vente. L’OPEP est devenu un acteur au centre de l’économie mondiale lorsqu’elle va décider en 1973 suite à la guerre du Kippour entre Israël et ses voisins et l’aide accordée par l’Occident à Tel Aviv de quadrupler les prix du baril brut en représailles. Cela va occasionner un transfert de revenus vers ces pays, ce qu’on va appeler les pétrodollars. L’association n’est pas stable, plusieurs pays y entrant, d’autres y sortant (parfois y rentrant de nouveau). Actuellement, elle compte douze membres : Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Émirats arabes unis, Équateur, Irak, Iran, Koweït, Libye, Nigeria, Qatar et Venezuela. (En anglais : Organization of the Petroleum Exporting Countries, OPEC) (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole Organisation des pays exportateurs de pétrole ou OPEP : Association créée en 1960 pour regrouper une série d’États dont les revenus des exportations pétrolières en vue d’obtenir de meilleures conditions de vente. L’OPEP est devenu un acteur au centre de l’économie mondiale lorsqu’elle va décider en 1973 suite à la guerre du Kippour entre Israël et ses voisins et l’aide accordée par l’Occident à Tel Aviv de quadrupler les prix du baril brut en représailles. Cela va occasionner un transfert de revenus vers ces pays, ce qu’on va appeler les pétrodollars. L’association n’est pas stable, plusieurs pays y entrant, d’autres y sortant (parfois y rentrant de nouveau). Actuellement, elle compte douze membres : Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Émirats arabes unis, Équateur, Irak, Iran, Koweït, Libye, Nigeria, Qatar et Venezuela.
(En anglais : Organization of the Petroleum Exporting Countries, OPEC)
), conscients des conséquences néfastes d’un prix du pétrole élevé sur une économie mondiale convalescente, ne cessent d’augmenter leur production (+4%) pour protéger leur rente future. Ainsi, en octobre, l’OPEP OPEP Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole : Association créée en 1960 pour regrouper une série d’États dont les revenus des exportations pétrolières en vue d’obtenir de meilleures conditions de vente. L’OPEP est devenu un acteur au centre de l’économie mondiale lorsqu’elle va décider en 1973 suite à la guerre du Kippour entre Israël et ses voisins et l’aide accordée par l’Occident à Tel Aviv de quadrupler les prix du baril brut en représailles. Cela va occasionner un transfert de revenus vers ces pays, ce qu’on va appeler les pétrodollars. L’association n’est pas stable, plusieurs pays y entrant, d’autres y sortant (parfois y rentrant de nouveau). Actuellement, elle compte douze membres : Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Émirats arabes unis, Équateur, Irak, Iran, Koweït, Libye, Nigeria, Qatar et Venezuela. (En anglais : Organization of the Petroleum Exporting Countries, OPEC) a exporté 28,76 millions de barils, soit 80.000 de plus qu’en septembre (chiffres : agence Bloomberg). Il y a donc de plus en plus de pétrole sur le marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
. Le paradoxe ne s’arrête pas là. La consommation de l’or noir est ralentie, en témoigne des stocks au plus haut dans les pays industrialisés depuis 1998. Plus de pétrole sur le marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
, moins de consommateurs et…les prix montent !

Là, le manuel d’économie est désuet. Intéressons-nous alors au nombre de barils que peut contenir la cale d’un super tanker. Un pétrolier peut contenir, en moyenne, entre 500.000 et 1 million de barils.

A la mi-novembre 2009, 112 pétroliers étaient immobilisés en mer avec interdiction de livrer l’or noir (L’Echo du 12 novembre 2009). Selon l’estimation de la Deutsche Bank, il y avait à ce moment près de 100 millions de barils (L’Echo du 6 janvier 2010) qui flottaient sur l’eau dans l’attente d’une hypothétique livraison…Il s’agit là de l’équivalent de cinq jours de consommation en Europe.

Qui immobilise de la sorte du pétrole en mer pendant que les prix s’apprécient ? Les fonds Fonds (de placement, d’investissement, d’épargne…) : société financière qui récolte l’épargne de ménages pour l’investir ou le placer dans des produits financiers plus ou moins précis, parfois définis à l’avance. Il existe des fonds de pension, des fonds de placement, des fonds de fonds qui sont proposés à tout un chacun. En revanche, les hedge funds (fonds spéculatifs) et les private equity funds sont réservés à une riche clientèle.
(en anglais : fund)
spéculatifs qui parient sur un baril à 100 dollars (77 dollars le baril en décembre) à moyen terme. Un pari truqué. En achetant du pétrole sur le marché des contrats à terme puis en refusant de le vendre au comptant ou à court terme, ces fonds Fonds (de placement, d’investissement, d’épargne…) : société financière qui récolte l’épargne de ménages pour l’investir ou le placer dans des produits financiers plus ou moins précis, parfois définis à l’avance. Il existe des fonds de pension, des fonds de placement, des fonds de fonds qui sont proposés à tout un chacun. En revanche, les hedge funds (fonds spéculatifs) et les private equity funds sont réservés à une riche clientèle.
(en anglais : fund)
créent une rareté fictive et poussent les prix à la hausse.

Ajoutez à cela, un manque d’investissement Investissement Transaction consistant à acquérir des actifs fixes, des avoirs financiers ou des biens immatériels (une marque, un logo, des brevets…).
(en anglais : investment)
de la part des majors occidentaux dans les capacités de raffinage et vous comprendrez ce paradoxe du prix pétrolier qui monte quand la demande diminue et que l’offre augmente !

Un paradoxe qui, s’il montre les limites de l’autorégulation des marchés, n’en risque pas moins d’être un frein à la relance de l’économie mondiale et une catastrophe pour les pays producteurs qui devront encore faire face à un effondrement de leur recette lorsque les spéculateurs décideront de vendre. Nul doute que la vague de froid actuelle qui érode les stocks au Nord aura pour conséquence de voir bientôt ces barils revenir sur la terre ferme…