Actualité olympique de la Chine


Newsflash n°35

Lundi 12 novembre 2007, GRESEA ASBL, 1554 signes.
Cet article a été visité 196 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

La dernière livraison de "Finances et développement" [vol. 44, n°3, septembre 2007], le trimestriel du Fonds Fonds (de placement, d’investissement, d’épargne…) : société financière qui récolte l’épargne de ménages pour l’investir ou le placer dans des produits financiers plus ou moins précis, parfois définis à l’avance. Il existe des fonds de pension, des fonds de placement, des fonds de fonds qui sont proposés à tout un chacun. En revanche, les hedge funds (fonds spéculatifs) et les private equity funds sont réservés à une riche clientèle.
(en anglais : fund)
monétaire international, publie un dossier sur la Chine. On y lit, pour introduire le sujet, ceci : "En vingt ans, la Chine a augmenté le PIB PIB Produit intérieur brut : richesse marchande créée durant une période déterminée (souvent un an) sur un territoire précisé (généralement un pays ; mais, en additionnant le PIB de tous les pays, on obtient le PIB mondial).
(en anglais : Gross Domestic Product ou GDP)
mondial d’environ 2.000 milliards de dollars, créé 120 millions d’emplois et fait sortir de la pauvreté 400 millions de personnes. C’est comme s’il apparaissait chaque année une économie de la taille de celle du Portugal, créant autant de postes que le total des personnes employées en Australie et éradiquant la pauvreté à la fois en Ethiopie, au Nigeria, en Tanzanie et en Zambie." C’est exprimer de manière frappante le fait bien connu que, mondialement, c’est grâce à la Chine, et à elle seule, que la pauvreté globalement recule – ailleurs, y compris sous nos cieux, elle augmente, de même que les inégalités. Comme le vénérable (92 ans) théoricien américain du phénomène démocratique Robert A. Dahl s’est plu à le souligner, les "démocraties capitalistes" ont pour engrais les inégalités, "en augmentation massive ces derniers temps" [The Times Literary Supplement, n°5405, 3 novembre 2006]. Ceci et cela expliquent, à un moment où, mécaniquement, jeux olympiques obligent, se développent des campagnes occidentales dénonçant "l’enfer chinois" (alliant starlettes de Hollywood et justiciers en mal de marketing humanitaire), que des ONG tiers-mondistes – dont le Gresea – estiment plus que jamais nécessaire d’affirmer leur indépendance de jugement.