La fonte des glaces, c’est du gaz pour le Canada


Newsflash n°30

Jeudi 26 juillet 2007, GRESEA ASBL, 1973 signes.
Cet article a été visité 158 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le réchauffement de la Terre entraîne une fonte (certes lente mais bien réelle) des glaces du Pôle Nord. Le Canada y voit une opportunité pour accroître son domaine non sans raison. Estimation faite, les sous-sols contiendraient pas moins d’un quart des réserves mondiales en pétrole et en gaz [De Standaard, 13 juillet 2007]. Pour ce faire, le pays est prêt à débloquer 2,1 milliards d’euros pour le développement d’une nouvelle flotte maritime dont la seule vocation sera de contrôler et, si nécessaire, de défendre ce "Grand Nord Blanc" que le Canada estime être son bien car relié par les glaces à son territoire. Ainsi donc, des patrouilles sillonneraient cette région polaire qui englobe le fameux Passage Nord-Ouest. Bel élan de convoitise territoriale géopolitique. En effet, nombreux sont les pays qui souhaitent emprunter ce passage. L’Europe par exemple, gagnerait 7.000 km pour rallier l’Asie, le Canal de Panama étant mis sur le côté. Mais sont-ce des eaux territoriales ou internationales ? Le débat fait fureur entre Américains, défendant le droit de passage en s’appuyant sur la norme internationale en vigueur (12 miles marins depuis la terre ferme la plus proche), et Canadiens, arguant de la présence et l’utilisation comme terrain de chasse des Inuits (Eskimos) – soudain bien utiles, ceux-là ! – sur un territoire habituellement couvert de glace et de neige. Le Canada souhaite ainsi renforcer sa souveraineté sur ce qu’il estime lui appartenir. Pourtant, ces régions connaissent d’autres locataires en quête... d’énergie. Un groupe de scientifiques chinois s’est installé à Spitsbergen, le village le plus nordique du monde, et les Russes ont planté leur drapeau sur une des îles avoisinantes. Si vous ne savez que faire durant les vacances d’été, pourquoi ne pas séjourner dans l’un des quatre hôtels que compte déjà le village ou, mieux, de planter une tente au camping du coin ?