La parabole de l’oignon


Newsflash n°28

Mercredi 30 mai 2007, GRESEA ASBL, 2424 signes.
Cet article a été visité 153 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

"Si un gouvernement ne peut contrôler le prix de l’oignon, c’est qu’il est incompétent." Histoire vraie. En Inde, l’oignon a la capacité de faire tomber un gouvernement. Le Bharatiya Janata Party (parti de droite) en a fait les frais en 1998. Le prix de l’oignon avait alors grimpé de 600 pour cent ! Rebelote de 1980. Là c’est le Janata Party (parti de gauche, aujourd’hui défunt) qui perd les élections générales. A cause des oignons. Le gouvernement indien prend l’affaire au sérieux, surtout depuis que les médias font la manchette avec l’augmentation du prix de l’oignon.

Il faut savoir que l’oignon est un ingrédient de base dans la cuisine indienne. Un légume particulièrement bon marché et à la portée de toutes les bourses. On ne peut concevoir une préparation sans oignon.

Il existe même un dicton qui dit que nul ne peut mourir de faim tant qu’il trouvera un "roti" (petite galette plate) et un oignon. Il n’empêche que depuis quelques semaines, il devient quasi inabordable. La classe moyenne commence à exprimer sa grogne, le pauvre quant à lui ne peut même plus se le permettre. La cause de cette augmentation ? A chercher du côté de son exportation massive vers les pays voisins et une diminution dans son approvisionnement. L’oignon n’est pas seul à subir cette inflation Inflation Terme devenu synonyme d’une augmentation globale de prix des biens et des services de consommation. Elle est poussée par une création monétaire qui dépasse ce que la production réelle est capable d’absorber.
(en anglais : inflation)
. D’autres denrées le sont également, depuis le lait à la lentille.

L’index des prix de la vente en gros, principal observatoire en matière d’inflation Inflation Terme devenu synonyme d’une augmentation globale de prix des biens et des services de consommation. Elle est poussée par une création monétaire qui dépasse ce que la production réelle est capable d’absorber.
(en anglais : inflation)
de la Banque centrale Banque centrale Organe bancaire, qui peut être public, privé ou mixte et qui organise trois missions essentiellement : il gère la politique monétaire d’un pays (parfois seul, parfois sous l’autorité du ministère des Finances) ; il administre les réserves d’or et de devises du pays ; et il est le prêteur en dernier ressort pour les banques commerciales. Pour les États-Unis, la banque centrale est la Federal Reserve (ou FED) ; pour la zone euro, c’est la Banque centrale européenne (ou BCE).
(en anglais : central bank ou reserve bank ou encore monetary authority).
indienne, a connu une poussée de 6,58 % en deux ans (jusqu’à 8 % en milieu rural). Plus simplement, le prix de l’oignon au kilo a augmenté de 13 à 25 roupies (1 Roupie = 0,017 euro) ! L’oignon, tout un symbole. Le gouvernement indien a pris des mesures en fixant le prix de l’oignon dans les magasins d’État. Il a également stoppé l’exportation du blé. De même qu’il a annoncé des mesures pour renforcer la monnaie Monnaie À l’origine une marchandise qui servait d’équivalent universel à l’échange des autres marchandises. Progressivement la monnaie est devenue une représentation de cette marchandise d’origine (or, argent, métaux précieux...) et peut même ne plus y être directement liée comme aujourd’hui. La monnaie se compose des billets de banques et des pièces, appelés monnaie fiduciaire, et de comptes bancaires, intitulés monnaie scripturale. Aux États-Unis et en Europe, les billets et les pièces ne représentent plus que 10% de la monnaie en circulation. Donc 90% de la monnaie est créée par des banques privées à travers les opérations de crédit.
(en anglais : currency)
.

En Inde, 26 % de la population vit avec moins d’un dollar par jour et 35 % avec moins de deux dollars. Pour le moment, c’est le parti d’opposition, le Bharatiya Janata Party, qui profite de la crise en dénonçant l’incapacité du gouvernement à résoudre le problème. L’index de l’oignon, baromètre politique ? Pourquoi non...

Source : International Herald Tribune, 15 février 2007 et archives Gresea.