De l’Iran au Kivu, l’indécrottable arrogance de l’homme blanc


Newsflash n°25

Mardi 10 avril 2007, GRESEA ASBL, 2504 signes.
Cet article a été visité 122 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Deux affaires sont venues rappeler que l’Occident et ses anciens pouvoirs coloniaux, n’ont rien appris. La décolonisation, le droit à l’autodétermination, la souveraineté des peuples, la liberté, pas vu passer... Cette attitude, dans le fond profondément "suprémaciste" et raciste, mérite qu’on s’y arrête, et surtout dans les sphères des ONG dites de solidarité internationale. Premier cas, l’Iran et la capture de 15 militaires britanniques au large de ses côtes, c’est-à-dire très loin de leur foyer : des membres des forces d’occupation de l’Irak. Londres jouera l’indignation, sachant pertinemment qu’il n’existe "aucun accord international sur la démarcation des eaux" (rappellera le Financial Times) où ces marins ont été interceptés. L’indignation et l’arrogance de l’Imperial Lord, cherchant d’abord appui dans une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies (qui ne sera pas obtenue : la "communauté internationale", aux trois quarts représentée par le Tiers-monde, pense autrement, forcément), et ensuite auprès de l’Union européenne Union Européenne Ou UE : Organisation politique régionale issue du traité de Maastricht (Pays-Bas) en février 1992 et entré en vigueur en novembre 1993. Elle repose sur trois piliers : les fondements socio-économiques instituant les Communautés européennes et existant depuis 1957 ; les nouveaux dispositifs relatifs à la politique étrangère et de sécurité commune ; la coopération dans les domaines de la justice et des affaires intérieures. L’Union compte actuellement 27 membres : Allemagne, Belgique, France, Italie, Luxembourg, Pays-Bas (1957), Danemark, Irlande, Royaume-Uni (1973), Grèce (1981), Espagne, Portugal (1986), Autriche, Finlande, Suède (1995), Chypre, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Malte, Pologne, Slovaquie, Slovénie, Tchéquie (2004), Bulgarie, Roumanie (2007).
(En anglais : European Union)
, qui embrayera comme un seul homme, réflexe colonial oblige : du vent. L’Iran aurait fait de même, appelant en renfort – mettons – la Ligue arabe ou l’Union africaine, et elle aurait été la risée du monde entier. Il n’y a qu’en Occident que le ridicule ne tue pas. L’Iran, avec un humour tout oriental, a dégonflé la baudruche en faisant de la libération de la soldatesque un "don au peuple britannique". Second cas, le Kivu, où des militaires – encore eux... – ont sévi, pillages et viols, et voilà le grand et le vrai malheur : en portant uniforme belge... Des explications embarrassées du gouvernement belge, il apparaîtra que les couleurs nationales portées par ces blacks en armes résultent en réalité d’une donation de "masse d’habillement" (c’est de la coopération au développement ?) offerte par la Belgique dans le cadre d’une formation de brigades congolaises, des uniformes belges déclassés, donc, sur lesquels on a "oublié" d’ôter, avant expédition, les insignes et drapeaux d’identification belges... La Belgique s’excuse ? Non, elle jouera, comme Londres, l’arrogance. En demandant au ministre de la Défense congolais qu’il répare lui-même l’erreur en donnant instruction à son état-major de faire enlever les insignes. L’histoire ne dit pas s’il a répondu : oui, bwana.

Source : Financial Times des 31 mars, 4 et 5 avril et La Libre Belgique du 26 mars 2007.