L’univers-poubelle, c’est un business soutenable ?


Newsflash n°24

Lundi 26 février 2007, GRESEA ASBL, 2009 signes.
Cet article a été visité 182 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

La destruction, par un missile chinois, le 11 janvier dernier, d’une vieille station météo en orbite à 800 kilomètres au-dessus de notre petite boule terrienne maillée d’autoroutes a provoqué une onde d’inquiétude dans la communauté scientifique. On se soucie beaucoup du réchauffement du climat. Là, cela reste encore cantonné au milieu des professeurs Tournesol vissés à leur télescope. Pour la Chine, c’était un test anti-balistique. Un boum-boum de routine. Il y a, cependant, un hic. En désintégrant cette station, le missile chinois a "enrichi" l’atmosphère ceinturant la Terre d’une nouvelle quantité de débris, 647 morceaux acérés de métal pour être précis et – on y est – ces détritus spatiaux sont actuellement en passe d’atteindre une "masse critique". Là, la Chine n’est pas en cause. A force d’envoyer – USA, ex-Union soviétique, Union européenne Union Européenne Ou UE : Organisation politique régionale issue du traité de Maastricht (Pays-Bas) en février 1992 et entré en vigueur en novembre 1993. Elle repose sur trois piliers : les fondements socio-économiques instituant les Communautés européennes et existant depuis 1957 ; les nouveaux dispositifs relatifs à la politique étrangère et de sécurité commune ; la coopération dans les domaines de la justice et des affaires intérieures. L’Union compte actuellement 27 membres : Allemagne, Belgique, France, Italie, Luxembourg, Pays-Bas (1957), Danemark, Irlande, Royaume-Uni (1973), Grèce (1981), Espagne, Portugal (1986), Autriche, Finlande, Suède (1995), Chypre, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Malte, Pologne, Slovaquie, Slovénie, Tchéquie (2004), Bulgarie, Roumanie (2007).
(En anglais : European Union)
– des engins dans l’espace, il y a encombrement. On évalue aujourd’hui à 10.000 les débris qui "traînent" là haut, du plus gros au plus petit, satellites désactivés, morceaux de fusée, outils dérivants et, disent les spécialistes, c’est fatal, il va y avoir cascade de collisions en chaîne, débris contre débris, chacun re-désintégrant l’autre, avec multiplication exponentielle des nouveaux débris. Lesquels, naturellement, vont aussi casser les satellites en bon état de marche : au revoir les retransmissions télévisées par satellite, au revoir les GPS, au revoir la "Guerre des Etoiles", au revoir les voyages dans l’espace : la Terre sera entourée d’une enveloppe de débris métalliques infranchissable. Car c’est inéluctable : ces collisions en chaîne, disent les spécialistes, c’est pour demain, pour dans un an ou dans une décennie, mais cela arrivera. Qui s’en plaindra ? Cela nous offre, en plus, comme une image, renvoyée par miroir déformant, de notre système économique. Vous avez dit soutenable ?


Source : International Herald Tribune, 7 février 2007.