Services publics postaux : le Nord privatise, le Sud renationalise...


Newsflash n°19

Jeudi 19 octobre 2006, GRESEA ASBL, 1736 signes.
Cet article a été visité 194 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

On sait que, dans un nouvel élan de cohésion socio-libérale mais contre le souhait de la Belgique, de la France, de l’Italie, de l’Espagne, de la Grèce et de la Pologne, la Commission européenne vient d’exiger la suppression du dernier frein à la libéralisation Libéralisation Action qui consiste à ouvrir un marché à la concurrence d’autres acteurs (étrangers ou autres) autrefois interdits d’accès à ce secteur. intégrale des services publics postaux et, donc, leur monopole sur les envois de moins de 50 grammes. Ce "segment de marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
", rappelait le Financial Times en révélant l’affaire le 29 septembre 2006, est "un des plus grands et lucratifs" du secteur (valeur marchande : 90 milliards d’euros, portée par 5 millions de travailleurs) et représente dans plusieurs Etats membres "la moitié du courrier acheminé". Marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
juteux. C’est l’analyse que fait également le tiers-monde et, en l’occurrence, la Chine, qui en tire des conclusions diamétralement opposées : pourquoi cette manne ne reviendrait-elle pas à l’Etat et à la collectivité ? Au moment même où la Commission européenne pousse à la privatisation, la Chine s’apprête en effet à passer une loi qui étend à 150 grammes le monopole public sur les envois postaux. A la grande fureur des opérateurs privés tels que DHL, UPS et Fedex, qui n’ignorent pas que les envois de moins de 150 grammes représentent plus de 90% de leur business "intra-city". Ils se lamentent et crient à la concurrence déloyale, c’est leur manière de penser et il n’y a pas lieu d’épiloguer beaucoup là-dessus. Que le tiers-monde donne l’exemple, par contre, ne peut que réjouir la petite communauté des mouvements de solidarité internationale. La possibilité d’un autre monde réside dans la capacité de penser autrement.

Sources : Financial Times des 29 septembre, 06 et 18 octobre 2006.