Galbraith et le projet de Constitution européenne


Newsflash n°12

Lundi 14 février 2005, GRESEA ASBL, 1677 signes.
Cet article a été visité 161 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Parmi les idées contenues dans le projet de Constitution européenne portant aujourd’hui à controverse, il y a celle qui affirme que l’Europe aurait pour objectif de jurer fidélité à "une économie sociale de marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
hautement compétitive". La formule est alambiquée. Et, s’il n’étaient les enjeux que le processus de référendum mettra en évidence, presque risible. Pour s’en convaincre, lire J.K. Galbraith. C’est un sage (96 ans) qui, à l’instar de Bertrand Russel ou Jean Grosjean, prouve que le grand âge n’émousse en rien l’intelligence. Il vient de sortir un livre enchanteur. Une petite chose appelée "Les mensonges de l’économie" (Grasset, 87 pages, 10,10 euros). Il y détruit toutes les inepties que véhicule l’idéologie dominante sur l’économie, et ce partout, journaux, télévision, blabla des pingouins de Davos & Co. Il détruit, à commencer par le terme "d’économie de marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
" : il eût été difficile, dit-il, "de trouver un nom plus vide de sens", c’est une notion "creuse, fausse, insipide et mièvre" qui, cependant, n’est pas innocente, car on a, chemin faisant, tordu le langage, empêché la compréhension des choses et commis une escroquerie intellectuelle comme il l’explique bien : "le choix d’économie de marché pour remplacer avantageusement capitalisme Capitalisme Système économique et sociétal fondé sur la possession des entreprises, des bureaux et des usines par des détenteurs de capitaux auxquels des salariés, ne possédant pas les moyens de subsistance, doivent vendre leur force de travail contre un salaire.
(en anglais : capitalism)
n’est qu’un voile d’absurdité trompeur jeté sur la réalité profonde de l’entreprise". C’est appeler un chat, un chat. Ne dites pas économie de marché, dites capitalisme Capitalisme Système économique et sociétal fondé sur la possession des entreprises, des bureaux et des usines par des détenteurs de capitaux auxquels des salariés, ne possédant pas les moyens de subsistance, doivent vendre leur force de travail contre un salaire.
(en anglais : capitalism)
. Et puis, corrigez le projet de Constitution : je jure fidélité à "un capitalisme social hautement compétitif". Plait-il ? On termine là. Galbraith ? La preuve que la science est joyeuse.