VW loue ses travailleurs dans les townships africains


Vendredi 9 juillet 2010, Bruno Bauraind, 2390 signes.
Cet article a été visité 238 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

En pleine crise du secteur de l’automobile, l’Afrique du Sud fait figure de bon élève. Même si le marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
intérieur subit comme ailleurs un recul important (moins 5,4% en 2007), l’automobile reste un produit crucial pour l’économie du pays. Elle représente plus de 10% des exportations nationales. Les voitures produites par les constructeurs occidentaux en Afrique du Sud sont expédiées vers quelque 70 pays, principalement le Japon, l’Australie, le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Le constructeur allemand Volkswagen est un acteur majeur de ce décollage. Son usine, située près de Port Elizabeth, est le plus grand centre de production automobile du continent africain avec plus de 6.000 travailleurs. L’attrait des multinationales occidentales pour l’Afrique du Sud ne doit cependant rien au hasard. Derrière cette croissance Croissance Augmentation du produit intérieur brut (PIB) et de la production.
(en anglais : growth)
extraordinaire, on trouve un terreau fertile favorable à l’investissement Investissement Transaction consistant à acquérir des actifs fixes, des avoirs financiers ou des biens immatériels (une marque, un logo, des brevets…).
(en anglais : investment)
des entreprises étrangères, celui de la mise à disposition des travailleurs. Plutôt que de former des techniciens en interne, VW préfère recourir à la sous-traitance Sous-traitance Segment amont de la filière de la production qui livre systématiquement à une même compagnie donneuse d’ordre et soumise à cette dernière en matière de détermination des prix, de la quantité et de la qualité fournie, ainsi que des délais de livraison.
(en anglais : subcontracting)
par l’intermédiaire des "labour brokers".

Plus connues sous le nom de "boîtes d’intérim" en Europe, ces entreprises présentent le grand avantage d’échapper aux législations sur le travail en Afrique du Sud. Ils fournissent ainsi une main-d’œuvre à bas prix à tous les secteurs de l’économie nationale. Les employés engagés à durée déterminée dans l’usine Volkswagen n’ont ni les mêmes droits, ni le même salaire que les travailleurs permanents. En cas d’accident, ils ne peuvent prétendre à aucune protection sociale de la part du constructeur. Enfin, la location de main-d’œuvre permet à la multinationale Multinationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : multinational)
allemande d’échapper à ses responsabilités en cas de conflit social. Dans un pays qui connaît pourtant un fort taux de syndicalisation (près de 40 % de la population active) en comparaison à d’autres pays du Sud, le recours à la sous-traitance Sous-traitance Segment amont de la filière de la production qui livre systématiquement à une même compagnie donneuse d’ordre et soumise à cette dernière en matière de détermination des prix, de la quantité et de la qualité fournie, ainsi que des délais de livraison.
(en anglais : subcontracting)
rend l’organisation collective des travailleurs de plus en plus compliquée.

Source:L’Humanité du 24 juin 2010 et le site de l’Université de Sherbrooke à l’adresse : http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/stats/0/2003/fr/9/carte/PF.UNIN.ACCE.LBR.ZS/x.html