Google mis en examen


Jeudi 30 juin 2011, Erik Rydberg, 1376 signes.
Cet article a été visité 211 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Aux États-Unis, les résultats de l’enquête visant Google sont présentés comme majeurs pour la définition future des politiques vis-à-vis des abus de position dominante. Pour l’heure, juin 2011, on n’en est qu’aux prémices d’une enquête qui devrait durer un an et la Commission fédérale du Commerce (Federal Trade Commission) n’a pas encore signifié les mandats à comparaître des témoins qu’elle souhaite entendre mais, de l’avis des observateurs, le simple fait qu’elle s’est saisie du dossier témoigne de l’existence d’indices sérieux. Google, pour mémoire, est le canal (moteur de recherche) par lequel les deux tiers de toutes les consultations d’Internet s’effectuent aux États-Unis. En Europe, c’est 80%. Position quasi monopolistique, en d’autres termes, surtout pour les revenus publicitaires tirés de ce service Service Fourniture d’un bien immatériel, avantage ou satisfaction d’un besoin, fourni par un prestataire (entreprise ou l’État) au public. Il s’oppose au terme de bien, qui désigne un produit matériel échangeable.
(en anglais : service)
(chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
 : 29 milliards de dollars en 2010). Les enquêteurs auront fort à faire car, il est utile de s’en souvenir, la loi américaine n’interdit pas les monopoles, seulement les abus de cette enviable position. Peut-être, cependant, pourraient-ils chercher à collaborer avec leurs collègues européens, la Commission européenne ayant, en novembre 2010, formellement ouvert une enquête similaire...

Source : Wall Street Journal du 24 juin 2011 et Financial Times du 28 juin 2011.