Les illégaux chez Doux : des poulets sous-traités


Jeudi 8 février 2007, Erik Rydberg, 1603 signes.
Cet article a été visité 86 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Avec une chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
de 1,5 milliard d’euros, Doux est le numéro un du poulet en Europe. Là, il faut s’entendre. Doux vend du poulet mais il n’en "fabrique" pas. C’est, pour utiliser le terme technique, un "intégrateur", c’est-à-dire une grosse boîte agroalimentaire qui, pour reprendre la définition du Canard Enchaîné, "fait travailler une ribambelle d’éleveurs auxquels elle fournit poussins, aliments, conseils techniques et récupère en bout de chaîne les gallinacés à un prix fixé d’avance." Bref, il sous-traite. Son business, florissant, c’est la traite des êtres à plumes, y compris... "clandestins". Donc, parfois, cela tourne mal. Un procès entamé voici près de neuf ans le démontre. En cause, dix élevages d’Ile-et-Vilaine (France) qui, autorisés à accueillir 20.000 poulets, dépassaient allègrement le plafond, l’un d’eux en comptant jusqu’à 28.880 poulets, soit 8.880 "illégaux". Ce que Doux savait parfaitement. Quatre de ces techniciens chargés de surveiller la marchandise Marchandise Tout bien ou service qui peut être acheté et vendu (sur un marché).
(en anglais : commodity ou good)
au-prix-fixé-d’avance l’ont reconnu devant le tribunal de Rennes. Lequel, le 9 octobre 2006, relaxe tout le monde. Patatras ? Non. Car c’était sans compter avec le procureur et l’association Eaux et Rivières de Bretagne qui ont fait appel de la décision devant la cour d’appel. Où on n’a pas trouvé l’affaire amusante. Amendes de 2.500 euros pour les éleveurs indélicats et 30.000 euros pour Doux, qui est en sus condamné à verser 15.000 euros de dommages et intérêts Intérêts Revenus d’une obligation ou d’un crédit. Ils peuvent être fixes ou variables, mais toujours déterminés à l’avance.
(en anglais : interest)
à l’association. Saperlipopette.

Source : Canard Enchaîné, 7 février 2007.