Arcelor (Dunkerque) divise et sous-traite pour mieux régner


Mardi 14 novembre 2006, Bruno Bauraind, 1977 signes.
Cet article a été visité 137 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Reportage éclairant que celui que Libération livre sur les méandres de la sous-traitance Sous-traitance Segment amont de la filière de la production qui livre systématiquement à une même compagnie donneuse d’ordre et soumise à cette dernière en matière de détermination des prix, de la quantité et de la qualité fournie, ainsi que des délais de livraison.
(en anglais : subcontracting)
chez Arcelor, à Dunkerque. Les travailleurs de la sous-traitance Sous-traitance Segment amont de la filière de la production qui livre systématiquement à une même compagnie donneuse d’ordre et soumise à cette dernière en matière de détermination des prix, de la quantité et de la qualité fournie, ainsi que des délais de livraison.
(en anglais : subcontracting)
s’élèvent à entre 1.800 et 2.000 salariés, contre 3.500 agents employés directement par le groupe sidérurgiste. C’est plus d’un sur trois. Au fil des années, Arcelor s’est progressivement débarrassé du parc à ferraille, de l’atelier de réparation des wagons, des pontiers de laminage, des ouvriers des portiques (ceux-là mêmes qui avaient décroché dans les années septante un statut de dockers) et de maintenance, pour confier ces tâches à des sous-traitants qui, eux-mêmes, les sous-traitent à de plus petites entreprises. Tel ouvrier (1.000 euros par mois) est un ex-travailleur Sin & Stes, repris par Renosol, filiale du groupe Dalkia, lui-même sous-traitant d’Arcelor... Scénario opaque, sur lequel Arcelor offre peu de lumière : "Chaque année, on ferraille avec la direction pour obtenir des chiffres qui n’apparaissent nulle part," dit Philippe Collet, secrétaire syndical CGT. Résultat, les ouvriers, eux-mêmes, ne savent plus pour qui ils travaillent ou sous quel statut. Opaque mais rentable, puisqu’il permet à Arcelor de mettre en concurrence les entreprises candidates (c’est à qui offre le prix le plus avantageux) et, par effet de ricochet, des travailleurs qui, auparavant, bénéficiaient d’un même statut chez Arcelor. C’est, dit Collet, "le principe de la sous-traitance. On oppose les salariés entre eux." Ajouter les effets pervers : Arcelor ne badine pas avec la sécurité, certes, mais le groupe sidérurgiste en fait reposer la responsabilité sur les sous-traitants, qui risquent d’être "black-listés" s’ils sont trop souvent cause d’accidents. D’où, naturellement, croissance des accidents non signalés, évacués clandestinement vers l’hôpital le plus proche, s’il y en a un...

Source : Libération du 23 octobre 2006