Texte de référence. Tata, Made in India for India...


Jeudi 21 décembre 2006, GRESEA ASBL, 2171 signes.
Cet article a été visité 75 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Après Mittal, Tata ? La décision du groupe indien Tata de lancer une OPA OPA Offre publique d’achat : proposition publique faite par un investisseur d’acquérir une société ou une partie de celle-ci à un prix annoncé. Elle peut être amicale ou hostile, si le management de la firme ciblée est d’accord de se faire reprendre ou non.
(en anglais : tender offer).
sur le groupe sidérurgique britannique Corus n’a pas manqué de frapper les esprits, à commencer en raison de la disproportion entre les deux protagonistes. La capacité de production Capacité de production Ensemble des actifs fixes (bâtiment, machines et équipement) qui, en fonction de la technologie, de l’organisation de la production et des systèmes de travail appliqués, donne la production maximale possible d’une usine, d’une entreprise, d’un secteur.
(en anglais : production capacity)
de l’Indien (3 millions de tonnes par an) est en effet sept fois inférieure à celle de sa cible (plus de 21 millions). Et puis, un pays du Sud qui, pour la deuxième fois en un an, s’attaque aux forteresses des anciens berceaux de l’industrialisme... Tata, il faut dire, c’est spécial. Valeur boursière d’environ 47 milliards de dollars, opérations dans 54 pays sur les six continents, où 17.000 de ses 200.000 salariés travaillent. Là-dessus, une stature mondiale aussi discrète qu’omniprésente : 30% des revenus proviennent de l’étranger chez ce premier producteur asiatique de logiciels, également poids lourd dans le café et le thé, acteur important dans le secteur hôtelier (chaîne Taj Mahal, Ritz-Carlton de Boston, le Pierre à New York), et intermédiaire important dans l’habillement (800.000 paires de chaussures exportées chaque année de Chine vers l’Europe), et propriétaire de 60.000 km de câbles électriques sous-marins, tout ce à quoi on ajoutera, naturellement, sa branche automobile qui travaille actuellement à la conception d’une "voiture du peuple" à 3.000 dollars, deux fois moins chère que sa cousine européenne la moins coûteuse, la Logan de Renault. Est-ce à dire que le Tiers-monde donnerait naissance à une autre forme de capitalisme Capitalisme Système économique et sociétal fondé sur la possession des entreprises, des bureaux et des usines par des détenteurs de capitaux auxquels des salariés, ne possédant pas les moyens de subsistance, doivent vendre leur force de travail contre un salaire.
(en anglais : capitalism)
 ? On peut s’interroger. Fondé en 1868, Tata est la propriété d’un holding Holding Société financière qui possède des participations dans diverses firmes aux activités différentes.
(en anglais : holding)
contrôlé par des œuvres de bienfaisance et deux tiers de ses profits reçoivent des affectations philanthropiques. Et puis il y a cette volonté de ne pas chercher à imiter (ou concurrencer) le modèle occidental. L’ambition du groupe indien, dit son président Ratan Tata, est de se situer "au bas de la pyramide économique" – produire des trucs pas chers pour des gens qui n’ont pas beaucoup d’argent. Sans glorifier l’approche, on peut dire qu’elle diffère...

Source : International Herald Tribune, 18 octobre 2006.