L’eau en Chine, big business pour Suez, Veolia et Siemens


Mardi 24 octobre 2006, Bruno Bauraind, 2537 signes.
Cet article a été visité 179 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

L’industrialisation et l’urbanisation croissante du géant chinois a pour effet d’augmenter la demande en eau potable alors que, dans le même temps, celle-ci est de plus en plus polluée. Le secteur reste majoritairement public, comme en témoigne la décision par les autorités locales d’investir 125 milliards de dollars en 5 ans dans le traitement des eaux usées. Ce marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
immense attise de plus en plus les appétits des principales transnationales actives dans le secteur. A Chongqing, une province de 31.442.300 habitants en 2005, dont la plupart vivent en dehors de la zone urbaine, sur de grandes terres agricoles (la population de la ville est, elle, estimée à 3,4 millions), la demande d’eau potable a augmenté de 13% en un an. Dans le cadre d’une concession portant sur 50 ans (depuis 2002), Sino French Water Development va traiter et fournir l’eau à plus de 850.000 personnes dans le chef-lieu de la province. Derrière ce nom d’entreprise plutôt opaque se cache en fait un partenariat entre le géant français Suez et une filiale de la compagnie New World Development de Hong Kong (il faut suivre...). Suez n’est pas la seule multinationale Multinationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : multinational)
à être attirée par le marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
de l’eau en Chine. Veolia, principal concurrent de Suez, a signé près de vingt contrats de partenariat dans tout le pays. Siemens, pour sa part, a mis la main, en septembre dernier, sur une compagnie chinoise de traitement de l’eau, CNC Water Technology – pour un coût non rendu public. La privatisation de l’eau chinoise s’explique en partie par un déficit technologique en matière d’épuration et la nécessité de préserver cette ressource pour le développement du pays. Le processus pose néanmoins question. Tout d’abord parce que les stratégies de partenariat (joint-ventures) mises en place par les multinationales n’augurent pas, généralement, d’un transfert massif de technologies, ni d’une quelconque responsabilité de la multinationale Multinationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : multinational)
envers son "partenaire". Ensuite, si les multinationales se mènent la guerre pour investir les grandes villes du pays (Chongqing, Liuzhou,…), très rentables, il y a gros à parier que les zones rurales en Chine seront délaissées (villages ou villes éloignées et pauvres). Il reste donc à espérer que le gouvernement continuera à subvenir aux besoins de la majorité car, c’est en général le cas, les multinationales préfèrent abreuver les riches...

Sources : International Herald Tribune du 10 octobre 2006.